•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des citoyens du Nord-Est ontarien demandent la déclaration d'état d’urgence climatique

Une personne tient une pancarte sur laquelle on peut lire : « Urgence climat ».
Plusieurs villes ontariennes comme Kingston et Ottawa ont déjà déclaré l'état d'urgence climatique. Photo: Reuters / Charles Platiau
Bienvenu Senga

Une dizaine de résidents du Nord-Est de l'Ontario se sont mobilisés, samedi à Sudbury, pour exiger que leurs municipalités décrètent l'état d'urgence climatique. Ils croient que la mesure servira à faire de la lutte contre les changements climatiques une priorité au sein des conseils municipaux.

Des citoyens, dont leaders communautaires, ont décidé de demander à leurs élus locaux d’emboîter le pas en déclarant, à leur tour, l'état d'urgence climatique comme l'ont fait d’autres villes ontariennes comme Kingston et Ottawa.

La coprésidente de la Coalition pour un Sudbury habitable, Naomi Grant, reconnaît qu’une déclaration d’urgence climatique n’est pas contraignante en soi, mais estime que la mesure n’est pas sans mérite.

C’est simplement une reconnaissance, la déclaration permet de sensibiliser. On dit que comme communauté, nous reconnaissons que [les changements climatiques constituent] un problème important et que nous devons agir, affirme-t-elle.

Une femme avec des cheveux châtainsNaomi Grant est coprésidente de la Coalition pour un Sudbury habitable. Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

La présidente du groupe de réflexion Northwatch qui a organisé la rencontre, Kathie Brosemer, est du même avis.

Elle indique que plusieurs des activités qui contribuent à la pollution sont gérées par la municipalité, comme le transport public et les travaux routiers.

Près de 50 % de ce que l’on peut faire pour réduire nos émissions de carbone [passe par le] municipal. Les municipalités sont des agents du gouvernement provincial, mais elles ont un grand contrôle sur ce qui se passe au niveau local, croit Kathie Brosemer qui réside à Sault-Sainte-Marie.

Une femme qui porte des lunettesKathie Brosemer est présidente du groupe de réflexion Northwatch du Nord-Est ontarien. Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Une pétition exigeant la déclaration de l’état d’urgence climatique dans le Grand Sudbury a d’ailleurs déjà recueilli plus de 2000 signatures.

Elle doit être présentée au conseil municipal au cours des prochaines semaines.

Inquiétudes quant aux réacteurs nucléaires modulaires

La perspective d’utilisation de petits réacteurs nucléaires modulaires dans des mines du Nord de l’Ontario a aussi fait l’objet de discussions lors de la rencontre citoyenne.

La technologie aurait l’avantage de réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais génère des déchets nucléaires, ce qui suscite des inquiétudes.

Trois personnes assisesUne dizaine de personnes ont pris part samedi à une rencontre citoyenne sur les enjeux environnementaux de la région du Nord-Est de l'Ontario. Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Les déchets nucléaires constituent un grand problème [...] Nous ne pouvons pas envoyer les générations futures dans un avenir où il y aura de grandes quantités de déchets nucléaires.

Kathie Brosemer, présidente du groupe de réflexion Northwatch

En 2018, l’entreprise d’innovation minière MIRARCO, dont le siège se trouve à Sudbury, a reçu un financement d’un million de dollars sur cinq ans afin d’étudier le développement de petits réacteurs modulaires.

Nord de l'Ontario

Changements climatiques