•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Amqui et Val-Brillant ne veulent pas de forages

Un puits abandonné dans le secteur de Val-Brillant

Un puits abandonné dans le secteur de Val-Brillant

Photo : Radio-Canada

Michel-Félix Tremblay

Les municipalités d'Amqui et de Val-Brillant s'opposent à leur tour à toute exploration ou exploitation du pétrole et du gaz sur leur territoire.

Les deux conseils municipaux ont voté une résolution unanime en ce sens au cours du mois d'avril.

Cette prise de position se veut aussi un appui au mouvement lancé, il y a quelques semaines, par la Municipalité voisine de Saint-Léon-le-Grand. Celle-ci veut bloquer les forages prévus cette année sur son territoire.

En février dernier, la compagnie Marzcorp a rencontré des maires de la Matapédia pour signifier qu'elle demanderait au ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles la permission de faire deux forages : l'un directement à Saint-Léon et l'autre, dans le Territoire non organisé (TNO) de Rivière-Vaseuse, tout juste à la limite sud de la municipalité.

Saint-Léon-le-Grand s'est immédiatement opposée à la reprise des travaux exploratoires, amorcés en 2011 par la compagnie Gastem.

Les élus ont ensuite réclamé l'appui de leurs collègues des autres municipalités de la MRC.

Une carte montrant la localisation de Saint-Léon-le-Grand, Amqui et Val-Brillant dans la MRC de la Matapédia.

Les forages auraient lieu à Saint-Léon-le-Grand et sur le TNO de Rivière-Vaseuse, tout juste au sud de la municipalité.

Photo : Radio-Canada

Pour le maire d'Amqui, l'exploitation du pétrole ou du gaz dans la Vallée met en péril les sources d'approvisionnement en eau potable des municipalités.

La configuration du paysage matapédien fait en sorte qu'un contaminant peut atteindre, selon lui, les sources d'eau potable situées en aval du bassin hydrographique.

Pierre D'Amours est conscient qu'une municipalité ne dispose pas du pouvoir d'interdire ces projets, mais il a espoir qu'une telle prise de position va convaincre le gouvernement du Québec que l'acceptabilité sociale n'est pas au rendez-vous.

On considère que le fait qu'un conseil municipal se positionne, bien que ça n'ait pas de valeur légale, ça a un impact sur l'acceptabilité sociale.

Pierre D'Amours, maire d'Amqui
La compagnie Prospection 2000 a laissé sur place plusieurs équipements qui ont été utilisés pour forer le puits C123 à Val-Brillant.

La compagnie Prospection 2000 a laissé sur place plusieurs équipements qui ont été utilisés pour forer le puits C123 à Val-Brillant.

Photo : ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles

À Val-Brillant, les élus ont encore en mémoire les forages menés par Prospection 2000 il y a près d'une vingtaine d'années, à l'ouest du village. La compagnie a fait faillite et a abandonné sur place du matériel.

Un rapport d'inspection précisait, en 2017, la présence de composés organiques volatils (COV) à proximité du puits.

C'est d'ailleurs Marzcorp qui détient désormais les droits d'exploration sur une bonne partie du territoire de Val-Brillant.

L'entreprise nous dit que ce n'est pas leur but de l'exploiter, mais ce n'est pas totalement exclus non plus, donc par mesure de prévention on a décidé de poser le pied à terre.

Nancy Paquet, directrice-général à la Municipalité de Val-Brillant

Position des autres municipalités de la Matapédia

Saint-Léon, Amqui et Val-Brillant demandent donc aux 15 autres municipalités de la MRC de la Matapédia d'adopter elles aussi une résolution pour s'opposer à l'exploitation des hydrocarbures.

Cependant, la préfète de la MRC, Chantale Lavoie, a confirmé à Radio-Canada que ce point ne serait pas à l'ordre du jour lors de la prochaine rencontre du conseil des maires, le 15 mai.

Plusieurs élus veulent obtenir plus d'informations sur les deux forages prévus cette année par Marzcorp et ne veulent pas prendre une décision qui serait précipitée, selon eux.

Faut démêler tout ça, les gens vendent leur salade selon leur position, alors nous on veut toute l'information de toutes les positions possibles pour être capable de se faire une tête.

Chantale Lavoie, préfète de la MRC de la Matapédia

Si la MRC de la Matapédia décide de s'opposer à l'exploitation des hydrocarbures, elle imiterait sa voisine, La Mitis, qui s'est déjà exprimée en février dernier.

Rimouski a pour sa part adopté une résolution moins contraignante, en s'opposant à la fracturation hydraulique, mais pas à toute forme d'exploitation.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Environnement