•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau cadre alimentaire en CHSLD : des menus qui dérangent

Des bols remplis de potage

Des assaisonnements auxquels les personnes âgées ne sont pas habituées ont été intégrés, ce qui ne plaît manifestement pas à tous les palais.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Mélyssa Gagnon

Le nouveau cadre de référence alimentaire provincial adopté l'an dernier comporte des menus qui ne font pas l'affaire de tous les résidents des Centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay−Lac-Saint-Jean doit donc travailler avec les comités d'usagers pour corriger le tir.

Des recettes ont été modifiées pour respecter les valeurs nutritives imposées par le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Du tofu, du chili, du chia et des épices exotiques y ont notamment été ajoutés. Or, les personnes âgées ne sont généralement pas habituées à ces ingrédients qui ne plaisent manifestement pas à tous les palais.

Le mari de Nicole Boucher vit dans un CHSLD de Chicoutimi-Nord. Elle déplore la qualité des menus et croit que les aînés méritent mieux.

Ce monde-là, c’est du vieux manger qu’ils aiment manger, comme anciennement. Là, ils ont essayé de mettre du chia dans les puddings au chocolat et faire des menus avec du tofu. Ils ne connaissent pas ça!

Nicole Boucher, épouse d'un résident en CHSLD

Le plaisir de manger

Les comités des usagers des six établissements de la région ont dû porter la voix des résidents et de leur famille jusqu’à la direction du CIUSSS pour permettre aux bénéficiaires de continuer à profiter de ce petit plaisir de la vie qu’est manger. Un plaisir qui fait aussi son œuvre sur le plan cognitif et qui fait ressurgir bien des souvenirs.

On venait d’avoir un changement en 2013 et il arrive un autre changement en 2018. Avant, il y avait un menu sur cinq semaines, c’était plus diversifié. Il y a eu de la grogne aussi et il y a eu une adaptation à faire, mais là on demande une autre adaptation, explique la présidente du Comité des usagers du CIUSSS (CUCI), Nicole Tremblay.

Les nouvelles normes gouvernementales obligent le CIUSSS à harmoniser les menus de tous ses établissements pour des raisons d’équité et de coûts. L’arrimage ne se fait pas sans heurts.

Des soupes différentes

L’ajout de produits laitiers favorise les soupes crémeuses, au détriment des soupes plus traditionnelles.

La présidente du comité des usagers, Nicole Tremblay.

La présidente du Comité des usagers du CIUSSS, Nicole Tremblay, croit que du travail reste à faire pour que l'offre alimentaire en CHSLD réponde aux besoins et aux goûts des usagers.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Lamothe

Ça, ça a créé de la grogne. Je peux vous dire qu’ils ont dû ajouter des soupes, parce que les personnes âgées sont plus habituées de manger des soupes que des potages, poursuit Nicole Tremblay. Elle précise que 75 modifications aux menus ont été apportées depuis janvier.

Les desserts revisités posent aussi problème.

Ils sont obligés d’avoir trois sortes de desserts. Un avec des fruits, un autre avec des produits laitiers comme le blanc-manger, le pudding, le tapioca. Les personnes âgées sont tannées de manger ça. Elles aiment manger des galettes au sirop. Il y en a aussi, mais il y en a moins qu’avant, ajoute la présidente du CUCI.

Le comité des usagers convient que des efforts sont déployés par le CIUSSS pour permettre aux aînés de manger des mets traditionnels.

Les personnes âgées n’ont jamais mangé de ça du chili. Le tofu non plus.

Nicole Tremblay, présidente du Comité des usagers du CIUSSS

Jocelyne Fillion visite chaque jour son mari au centre d’hébergement et goûte à chacun de ses repas. Elle a fait part de ses doléances au comité des usagers.

On devrait leur donner un peu plus de bonne nourriture. De la nourriture avec du goût et leur faire manger des choses qu’ils mangeaient dans leur temps, dit-elle.

Un grand défi, dit le CIUSSS

Au CIUSSS, où 715 000 repas sont servis chaque année à près de 1000 personnes vivant dans 16 résidences, on explique que de nombreux efforts sont déployés pour satisfaire les aînés, tout en répondant au cadre gouvernemental.

C’est déjà un défi de concerter tous ces gens-là, mais on travaille en collaboration avec les équipes de production, avec les nutritionnistes, avec les techniciennes, mais aussi avec nos clientèles. Quand on a élaboré le menu, on est allés chercher 60 % de nos recettes régionalement. Il y a vraiment des gens des comités des résidents qui assistaient à nos rencontres, alors il y a quand même des mets qui ont été élaborés pour eux, met en perspective Claire Potvin, coordonnatrice des activités alimentation au CIUSSS.

Gros plan d'une assiette de pâtes.

Les nouvelles normes gouvernementales obligent le CIUSSS à harmoniser les menus de tous ses établissements pour des raisons d’équité et de coûts. L’arrimage ne se fait pas sans heurts.

Photo : Radio-Canada / Lynda Paradis

Le président du comité des usagers de Roberval, où les résidents avalent difficilement la pilule, est venu réclamer des changements lors la dernière rencontre du conseil d’administration du CIUSSS.

Louis-René Côté a dénoncé la rigidité du cadre ministériel et a rappelé l’importance de respecter les habitudes alimentaires, mais surtout les goûts des aînés.

Le mécontentement est plus élevé à Roberval, puisque le centre hospitalier avait jadis plein contrôle de son offre alimentaire et pouvait offrir cinq plats au choix par repas aux usagers.

Saguenay–Lac-St-Jean

Établissement de santé