•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comment déterminer si le lac est « calé »?

Déterminer si le lac est « calé »
Radio-Canada

Éric Tanguay survole le lac Saint-Jean pratiquement tous les jours ces temps-ci. C'est lui qui doit déterminer si l'étendue d'eau est officiellement libérée de ses glaces pour les traditionnels concours des stations de radio de la région. Johanie Bilodeau a rencontré ce passionné d'aviation à l'aéroport de Roberval.

D'où vient cette tradition?

Avant, il y avait ce que j’appelle des concours de "taverne". Ça a évolué depuis […] et ça n’a jamais arrêté. Aujourd’hui, on survole spécifiquement le lac Saint-Jean parce qu’il ne se fait plus beaucoup de vols d’avions commerciaux. Avant, c’était Guy Simard qui déterminait si les glaces étaient parties. Je lui ai succédé depuis cinq ans.

Comment procédait-on avant?

J’ai entendu dire que les responsables mettaient un véhicule sur le lac et quand le véhicule tombait au fond, ça voulait dire que le lac était "calé".

Qu’est-ce que ça signifie quand le lac est « calé »?

Ça signifie que l’été arrive au Lac-Saint-Jean! On sort les bateaux, on sort les articles de plage et l’été est commencé autour du lac!

Comment détermine-t-on si les glaces sont parties?

Il faut que 70 % des glaces soient disparues.

Comment faites-vous votre évaluation?

C’est grâce à l’habitude. On a un dessin du tracé du lac sur une feuille. En vol, quand ça vient proche du 70 %, je fais une ligne de la glace, je suis la ligne vraiment et on l’évalue par la superficie.

Vous allez vraiment survoler le lac en avion pour évaluer?

Oui. Par satellite, on pense parfois que la glace est partie, mais la glace est souvent noire comme l’eau. Quand on est au-dessus très proche, on est capable de voir comme il faut.

Un homme regarde les glaces du lac Saint-Jean à bord de son avion. On voit le lac au loin. Éric Tanguay survole le lac Saint-Jean à bord de son avion l'Épervier. Photo : Radio-Canada

On peut donc être confus par les images satellites?

Oui, c’est plus juste [en avion].

À quelle fréquence survolez-vous le lac?

Deux fois par semaine à ce moment-ci pour voir l’évolution. Quand la date approche, c’est tous les jours. À la fin, des fois, c’est trois fois par jour. Le matin, le midi, le soir, pour voir vraiment, et l’autre matin tôt. Ça décolle bien la journée!

Est-ce que ça se passe toujours dans le même ordre, c’est-à-dire que la Ticouapé se libère de ses glaces, ensuite c'est l’Ashuapmushuan et un certain temps après c’est au tour du lac Saint-Jean?

Ça se maintient pas mal dans les journées. Comme cette année, je suis très embêté. On va suivre les rivières de près.

La tradition veut que ce soit combien de jours après?

Le lac Saint-Jean, c’est 10 jours après la Saint-Félicien [Ashuapmushuan], et la Saint-Félicien, c’est 10 jours après la Ticouapé. On se retrouve à 15 jours au total. La Ticouapé est partie samedi, je crois.

Quelles sont vos prédictions cette année?

18 mai!

Saguenay–Lac-St-Jean

Environnement