•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'eau baisse dans Papineau, mais la situation demeure « catastrophique »

Une maison entourée d'eau et de digues de sacs de sables. Au loin, l'église au haut de la montagne.

La maison de Michel Saint-Jean est entourée d'eau à Saint-André-Avellin.

Photo : Radio-Canada / Antoine Trépanier

Antoine Trépanier

Les niveaux des cours d'eau de la MRC de Papineau sont à la baisse depuis jeudi, mais le préfet qualifie les inondations de 2019 de « catastrophiques » pour la région.

Vendredi matin, les autorités de Papineauville notaient une baisse de 10 cm de la rivière des Outaouais dans leur secteur, alors que la rivière Blanche, dans le secteur de Thurso, est revenue pratiquement à la normale.

Toutefois, le préfet Benoît Lauzon affirme que la crue des eaux continue à faire des ravages sur le territoire de la MRC. Des routes et des structures devront sans doute être reconstruites.

« C’est vraiment catastrophique. Les municipalités étaient mieux préparées qu’en 2017. Par contre, les dommages qu’on a sur le territoire, pour certaines municipalités, ça va être difficile de se retourner de bord surtout pour les infrastructures routières », explique Benoît Lauzon.

À Saint-André-Avellin, la fermeture du pont qui chevauche la rivière de la Petite Nation est en vigueur depuis le 25 avril. Plus de 200 personnes ont été évacuées de leur résidence et 51 maisons sont inondées.

Plus au sud, à Papineauville, les autorités constataient vendredi matin une baisse modérée de la rivière des Outaouais, mais une situation qui pourrait donner un second souffle à la trentaine d’employés municipaux qui sont déployés sur le terrain.

La situation aujourd’hui commence à être intéressante. Un moment donné, on peut commencer à donner un repos aux employés qui ont travaillé 24 heures sur 24 dans la dernière semaine.

Paul Gagnon, maire suppléant de Papineauville

Les dommages, c’est un peu tôt pour les évaluer parce qu’il y a encore beaucoup de maisons qui sont carrément dans l’eau. On ne connait pas encore l’étendue exacte des dommages. Mais au niveau municipal, on s’entend qu’il faudra injecter au moins 100 000$ juste pour revenir à la normale, affirme le maire suppléant de Papineauville, Paul Gagnon.

Une ferme isolée à Plaisance

Un chemin touché par les inondations dans une forêt.

Le chemin des Presque-îles à Plaisance est touché par les inondations de la rivière des Outaouais.

Photo : Radio-Canada

À quelques kilomètres de Papineauville, une ferme laitière est complètement isolée sur la grande presqu’île du village de Plaisance. La Ferme Outaouais SENC, qui compte une quarantaine de bêtes, n’a plus accès au chemin de la Grande Presqu'île en raison des inondations.

La copropriétaire, Suzanne Leduc, a confié à Radio-Canada que l’eau n’avait pas atteint les installations, mais que le chemin pour s’y rendre est désormais fermé. Depuis une semaine, les camions ne peuvent pas aller chercher le lait à la ferme, ce qui pousse les producteurs à jeter des milliers de litres de lait.

[On] est coupé du monde! Veux, veux pas, tu n’as plus accès à la route, donc tu te sens tout seul.

Suzanne Leduc, copropriétaire de la Ferme Outaouais SENC

Notre problème, c’est qu’il n’y a aucune livraison de lait qui se fait. On a dû prévoir avoir assez de moulées pour les animaux et tout ce qui est de vétérinaire, donc des médicaments, explique Mme Leduc.

Il s’agit de la troisième fois depuis 1974 que la ferme familiale se retrouve dans cette situation. La dernière fois, c’était en 2017.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Incidents et catastrophes naturelles