•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le rugby scolaire est annulé en Nouvelle-Écosse à cause des risques de blessures

Des joueuses de rugby se concertent sur un terrain.

Les jeunes joueurs de rugby de la Nouvelle-Écosse ont appris avec surprise et consternation que le reste de leur saison était annulé.

Photo : Claire Avery

Radio-Canada

La Fédération du sport scolaire de la Nouvelle-Écosse a annulé tous les matchs de rugby restants, d'ici la fin de la saison, à cause d'inquiétudes concernant la sécurité des joueurs.

Selon le directeur général de la fédération, Stephen Gallant, la décision a été prise par le conseil d’administration en raison du nombre élevé de joueurs qui se blessaient.

On n’a pas réagi impulsivement. Nous discutons de la question depuis mai de l’an dernier, a-t-il précisé.

La décision a été prise au lendemain d’une blessure subie par un joueur de l’école Sydney Academy pendant un match au Cap-Breton. Le Centre régional pour l’éducation dans Cap-Breton-Victoria ne dévoile pas la gravité de la blessure, se contentant de dire dans un communiqué que l’élève reçoit des soins.

Il y a un an, un élève de l’Île-du-Prince-Édouard est mort des suites d’une grave blessure à la tête subie lors d’un tournoi de rugby à Summerside.

Après cette tragédie, la fédération néo-écossaise a recueilli des statistiques sur le nombre d’élèves blessés depuis 5 ans en pratiquant différents sports scolaires.

Elle a obtenu les résultats suivants, concernant les commotions cérébrales ou les commotions cérébrales possibles :

  • rugby : 149;
  • hockey : 33;
  • football : 32;
  • soccer : 26.

Le rugby arrivait aussi en tête de tous les sports pour ce qui est du nombre total de blessures : 454 depuis 5 ans, comparativement à 187 pour le hockey, le sport qui occupe la deuxième place quant au nombre de blessures.

Ça nous a ouvert les yeux, rapporte Stephen Gallant. C’est un chiffre pas mal plus élevé que dans les autres sports. C’est dommage! Le conseil n’a pas pris sa décision de gaieté de coeur [...] elle se prépare depuis un bout de temps.

Les joueurs atterrés

La nouvelle a eu l’effet d’une douche froide sur les joueurs. C’est un sport très inclusif, soutient Claire Avery, qui joue à l’école secondaire Charles P. Allen d’Halifax. Personne n’est exclu à cause de son type physique. [...] Maintenant que le sport a été annulé, il y a des filles qui ne feront plus aucune activité physique.

Une autre joueuse, Brooklyn Peyton, espérait décrocher une bourse de rugby pour financer ses études universitaires. Elle se dit atterrée.

Cette équipe m’est chère, mes coéquipières sont comme ma famille. [...] J’adore cette équipe!

Des joueurs ont manifesté contre la décision, vendredi, au centre-ville d’Halifax.

Des manifestants rassemblée devant le centre des congrès d'Halifax.

Des joueurs de rugby manifestent au centre-ville d'Halifax le 3 mai 2019.

Photo : CBC/David Burke

Le père de Brooklyn, Larry Peyton, trouve la décision de la fédération excessive. Vous pouvez être blessé en vous rendant en autobus à l’école, des accidents d'autobus scolaires, ça arrive! On ne doit pas élever nos enfants dans de la ouate.

Un entraîneur de rugby à l’école secondaire Eastern Shore, Tony Lindley, affirme que la nouvelle l’a surpris tout autant que les joueurs. J’ai du mal à y croire. Ça me laisse sans voix!

Un sport pas plus dangereux que d'autres, selon Rugby N.-É.

Pour sa part, Rugby Nouvelle-Écosse est inondée d’appels, de messages textes et de courriels depuis que la décision a été annoncée.

Son président, Geno Carew, reconnaît que, depuis quelques années, il y a une volonté qui s’affiche de plus en plus, à l’échelle internationale, pour prévenir autant que possible les commotions cérébrales chez les joueurs de rugby.

Il ne croit toutefois pas que le rugby soit intrinsèquement plus dangereux que d’autres sports de contact.

Il faut simplement évaluer les risques et tenter de les limiter dans la mesure du possible, dit-il.

Des joueurs de rugby exécutent un jeu.

Geno Carew, de Rugby Nouvelle-Écosse, ne croit pas que le rugby soit plus dangereux que d'autres sports de contact.

Photo : Jenna Smaggus

Son organisation a demandé à rencontrer les dirigeants de la Fédération des sports scolaires pour mieux comprendre comment elle est arrivée à sa décision. Si celle-ci est maintenue, Rugby Nouvelle-Écosse pourrait élargir son offre aux jeunes joueurs.

Des joueurs ont d’autre part lancé une pétition jeudi après-midi pour tenter de faire annuler la décision. Elle avait déjà recueilli 10 000 signatures jeudi soir.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Rugby