•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La N.-É. indemnisera des enseignants pour l'annulation d'un programme de perfectionnement

Les locaux du Syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse (NSTU) à Halifax.

Les locaux du Syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse (NSTU) à Halifax.

Photo : Radio-Canada / Marc Babin

Radio-Canada

Le gouvernement de la Nouvelle-Écosse indemnisera des centaines d'enseignants, relativement à une formation qu'ils devaient suivre dans une université américaine, mais qui leur a ensuite été refusée. La mesure pourrait coûter jusqu'à 7,5 millions de dollars au trésor public. Un arbitre a tranché récemment dans ce dossier.

De nombreux enseignants de la Nouvelle-Écosse avaient démontré un fort intérêt pour un programme de perfectionnement à l’Université Drake, en Iowa, aux États-Unis. Le programme de 30 heures devait leur permettre d’obtenir d’importantes hausses salariales, de 6000 $ à 8000 $.

Le gouvernement provincial avait initialement approuvé ce programme de perfectionnement. Mais la ministre de l’Éducation de l’époque, Karen Casey, a ensuite changé d’idée, en 2014. Notamment, le gouvernement n’aimait pas que de nombreux enseignants suivent le cours par DVD, sans avoir d’interaction avec les professeurs.

En 2015, le Syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse a déposé un grief contre le gouvernement. L’arbitre Eric Slone donne maintenant raison au syndicat.

Les 476 enseignants touchés recevront une indemnisation, dont le montant dépendra des étapes qu’ils avaient franchies dans cette formation. Ceux qui s’étaient tournés vers les programmes de perfectionnement d’autres universités après la décision de la ministre Casey seront aussi dédommagés.

Le ministre des Relations de travail de la Nouvelle-Écosse, Mark Furey, estime que les indemnisations totaliseront 7,5 millions de dollars.

Les dédommagements pourraient totaliser 7,5 millions de dollars.

Le président du Syndicat des enseignants de la Nouvelle-Écosse, Paul Wozney, est satisfait de la décision de l'arbitre.

Photo : Radio-Canada / CBC

Le président du Syndicat des enseignants, Paul Wozney, est satisfait de la décision de l’arbitre Eric Slone. Selon lui, il s’agit de la meilleure solution possible pour mettre fin à un fouillis dont le syndicat n’a pas voulu. Ç'a été difficile, ç'a été lent, mais c’est le minimum qu’on pouvait obtenir pour autant de gens, dit-il.

Malgré le coût des indemnisations, le ministre Mark Furey estime que le gouvernement a bien géré le dossier. Il souligne que tous les programmes de perfectionnement que suivent maintenant les enseignants sont de qualité.

Avec les informations de Michael Gorman, de CBC

Nouvelle-Écosse

Politique provinciale