•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Gatineau demande que la Sécurité publique rencontre directement les sinistrés des inondations

Des embarcations le long d'une rue inondée.

Le secteur des rues Moreau, Saint-Louis et Blais, à Gatineau, est touché par les inondations.

Photo : Radio-Canada / Nathalie Tremblay

Radio-Canada

Alors que le niveau de la rivière des Outaouais se stabilise, le conseil municipal de Gatineau anticipe déjà les réclamations de la part des sinistrés des inondations. La Municipalité « exige qu'il y ait des fonctionnaires sur place du ministère de la Sécurité publique pour accueillir les gens », a déclaré le maire Maxime Pedneaud-Jobin, vendredi matin.

La Municipalité espère ainsi éviter les difficultés rencontrées après les inondations de 2017, alors que les sinistrés devaient eux-mêmes communiquer avec les fonctionnaires provinciaux. La dernière fois, ça s’est mal passé, et on va suivre ça d’extrêmement près, a noté le maire.

On ne veut pas mettre les gens dans un système bureaucratique terrible comme [en 2017]. Il faut régler les dossiers rapidement.

Maxime Pedneaud-Jobin, maire de Gatineau

Un contact direct entre les fonctionnaires et les sinistrés permettrait à ces derniers d’expliquer concrètement leurs problèmes, estime M. Pedneaud-Jobin.

Idéalement, il voudrait que les sinistrés parlent toujours aux mêmes fonctionnaires sur place, qu’ils apprennent à se connaître. De cette façon, les intervenants pourraient développer des expertises, [savoir] qui appeler à la Ville quand il y a des problèmes.

Une aide rapide demandée

Le maire souhaite par ailleurs que la présence des fonctionnaires sur le terrain se concrétise le plus rapidement possible, dès que le Ministère va être capable de [les] déployer, jusqu’à tant qu’il n’y ait plus de réclamations.

Le maire note également que la Ville compte être présente tout au long du processus. Quand on a fait ça tous les gouvernements ensemble, ça a beaucoup aidé, rappelle-t-il. C’est la distance entre le personnel du ministère de la Sécurité publique et les sinistrés qui avait été pénible en 2017.

Les fonctionnaires seront sur le terrain, affirme le ministre Lacombe

De son côté, le ministre responsable de l'Outaouais et député de la circonscription de Gatineau a assuré que les fonctionnaires vont venir sur le terrain.

Il y aura d'abord une rencontre publique avec les sinistrés. On ne veut pas que ça vire en foire d'empoigne, a avancé Mathieu Lacombe. Mais c'est important de communiquer avec tout le monde en même temps les détails du nouveau programme.

Ensuite, des rencontres individuelles sont prévues avec les sinistrés pour répondre plus précisément à leurs questions, a précisé le ministre.

Le ministre Lacombe répond aux questions de la journaliste au centre-ville de Gatineau.

Le ministre responsable de l'Outaouais et député de la circonscription de Gatineau, Mathieu Lacombe.

Photo : Radio-Canada

Surtout, il a rappelé que le nouveau programme d'indemnisation adopté par son gouvernement offrira plus de flexibilité et réglera beaucoup de problèmes qu'on a vécus en 2017. On ne veut pas revivre 2017. C'est la raison pour laquelle on a changé tout ça lorsqu'on est arrivés, pour que ce soit prêt, a-t-il souligné.

On n’anticipe pas les mêmes problèmes qu'en 2017. Il n'y a rien de parfait, mais on pense que ce sera beaucoup mieux.

Mathieu Lacombe, ministre responsable de l'Outaouais et député de la circonscription de Gatineau

En 2017, on demandait une tonne de paperasse aux gens et c'était un calvaire pour eux de voir la lumière au bout du tunnel. Maintenant, on limite ça au strict minimum, a ajouté le ministre Lacombe.

Avec les informations de la journaliste Claudine Richard

Ottawa-Gatineau

Incidents et catastrophes naturelles