•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le député Pierre Nantel devient porte-parole pour le Québec au sein du NPD

Le député du NPD Pierre Nantel s'exprime à la Chambre des communes à Ottawa.

Pierre Nantel est l'un des députés néo-démocrates issus de la vague orange de 2011 à avoir été réélu en 2015.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Non seulement le député Pierre Nantel va se représenter pour le Nouveau Parti démocratique (NPD) aux prochaines élections, mais il accédera au rôle important de porte-parole pour le Québec.

M. Nantel a mis fin aux spéculations entourant son avenir politique lors d’une conférence de presse à Ottawa, jeudi midi. Il était accompagné du chef néo-démocrate adjoint, Alexandre Boulerice.

D’ici aux prochaines élections, M. Nantel va donc se faire le porte-parole pour les « enjeux touchant la nation québécoise », tels que la culture, la langue française et l’environnement.

M. Nantel a d’abord été élu dans la foulée de la « vague orange » au Québec en 2011 dans la circonscription de Longueuil–Pierre-Boucher. Il a été réélu en 2015 dans la circonscription de Longueuil–Saint-Hubert.

Porte-parole néo-démocrate en matière de culture, il a été de toutes les batailles pour défendre les intérêts de l’Assemblée nationale dans le dossier Netflix et est connu pour ses prises de bec avec l’ex-ministre du Patrimoine canadien Mélanie Joly.

Dans les derniers mois, M. Nantel a fait bande à part au sein du NPD sur plusieurs dossiers, dont la laïcité et la déclaration de revenus unique au Québec. Plusieurs avaient alors spéculé qu’il pourrait rejoindre les rangs du Bloc québécois, qui le courtise depuis des années.

Le député de Longueuil–Saint-Hubert admet qu’il s’est « longuement questionné » sur son avenir politique et sur la façon de mieux assurer la représentation du Québec à Ottawa.

« J’en arrive à la conclusion que l’expression d’un nationalisme tranquille que ressentent la plupart des Québécois, c’est une priorité à Ottawa, parce que c’est à Ottawa qu’il faut défendre cette distinction-là », a-t-il dit en conférence de presse.

Cela n’empêchera pas le NPD d’avoir parfois des désaccords sur certains dossiers entre les élus québécois et ceux du reste du Canada. Ou parfois même, entre le chef Jagmeet Singh et ses élus du Québec.

Même s’il porte des signes religieux sikhs, M. Singh respectera le consensus québécois sur la laïcité par exemple, assure M. Nantel.

« La seule chose qui compte à Ottawa, c’est qu’on respecte l’autonomie du Québec de débattre de ça, et c’est la position qui est exprimée, même par M. Singh, explique le nouveau porte-parole du Québec. Ce n’est pas d’hier qu’il y a des différences d’opinions, des divergences avec le Canada. »

Par exemple, tant l’interculturalisme - prôné par le Québec - que le multiculturalisme - prôné par le reste du Canada - se retrouvent dans les statuts et règlements du NPD, note M. Boulerice.

« On va être capable de s’entendre 95 % du temps, mais le 5 % du temps où on ne le sera pas, on va le dire et ce ne sera pas la fin du monde », conclut M. Boulerice.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !