•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Projet de loi C-48 : la Première Nation Haida veut protéger son existence

Un paysage marin, avec un voilier et des montagnes à l'horizon.

Pour la Première Nation Haida, protéger l'océan et les côtes revient à protéger son peuple et son histoire.

Photo : Radio-Canada / Alexandre Lamic

Radio-Canada

Les audiences publiques organisées par le Comité sénatorial des transports et des communications à propos du projet de loi C-48 ravivent les tensions dans le débat entre le développement de l'industrie pétrolière et la protection de l'environnement. Pour la Première Nation Haida, c'est une question de survie.

Le président du conseil de la Première Nation Haida, Gaagwiss, aussi appelé Jason Alsop, appuie le projet de loi C-48, qui vise à restreindre le transport du pétrole brut le long de la côte nord de la Colombie-Britannique.

Il affirme que son peuple habite l’archipel depuis 14 000 ans. « Haida Gwaii, la côte, l’océan. Tout fait partie de notre style de vie, de nos traditions », explique-t-il.

Nous existons grâce à l'océan. Ça vaut la peine de le protéger, de le sauver.

Jason Alsop, président du conseil de la Première Nation Haida

Opposition féroce de l’Alberta

Lors de son allocution devant le Comité sénatorial, mardi, à Edmonton, le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, a promis de porter le projet de loi C-48 devant les tribunaux s’il est adopté tel qu'il est présenté.

Il a critiqué l’intervention de militants environnementaux et de lobbyistes payés par des organisations étrangères, qui tentent de limiter la production énergétique du Canada.

« C'est parce qu'ils ont classé le Canada comme étant faible, comme celui qui se laisse faire, comme l'enfant le plus facile à intimider dans la cour d'école », a affirmé le premier ministre albertain.

Jason Kenney au podium, devant un panneau "open for Business". Il est devant l'Assemblée législative de l'Alberta.

Jason Kenney affirme que le projet de loi C-48 prend l'Alberta en otage.

Photo : The Canadian Press / JASON FRANSON

Pour Jason Alsop, toutefois, l’industrie pétrolière représente tout autant des intérêts étrangers.

« Si nous voulons parler d'argent étranger, nous parlons vraiment d'investissements étrangers dans l'industrie pétrolière. Les sociétés multinationales étrangères influencent le gouvernement dans ses politiques », avance-t-il.

Jason Alsop affirme que le développement économique et la recherche d'emplois à tout prix se font au détriment de l'environnement et de l'avenir.

« Nous nous acquittons de notre responsabilité inhérente de protéger nos terres pour le très long terme, comme nous le faisons depuis des temps immémoriaux. »

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Autochtones