•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook et Instagram bannissent des personnalités « dangereuses » de l’extrême droite

Un montage de trois photos représentant, dans l'ordre, Louis Farrakhan, Alex Jones et Milo Yiannopoulos.

Louis Farrakhan, Alex Jones et Milo Yiannopoulos.

Photo : Reuters et La Presse canadienne

Radio-Canada

Plusieurs personnalités et groupes associés à l'extrême droite ou à des mouvements antisémites, suprémacistes ou racistes ont été bannis de façon permanente de Facebook et d'Instagram pour leur « dangerosité », a annoncé Facebook jeudi.

Alex Jones, Milo Yiannopoulos, Laura Loomer, Louis Farrakhan, Paul Nehlen et Paul Joseph Watson, ainsi que l’organisation Infowars, fondée par Alex Jones, sont ainsi expulsés indéfiniment de ces réseaux sociaux en vertu de leur politique sur les organisations et les individus dangereux.

Alex Jones est un conspirationniste d’extrême droite faisant partie des personnalités les plus médiatisées de cette mouvance politique. Paul Joseph Watson est l’un de ses associés et un rédacteur d’Infowars et de Prison Planet.

Milo Yiannopoulos et Laura Loomer sont des prédicateurs de la droite alternative. Paul Nehlen est un suprémaciste et ancien candidat à la Chambre des représentants des États-Unis. Et Louis Farrakhan est le leader antisémite du groupe suprémaciste noir Nation of Islam.

Une enquête approfondie

« Nous avons toujours banni les individus ou les organisations qui font la promotion ou qui participent à la violence et la haine, quelle que soit leur idéologie. Le processus pour évaluer les violateurs potentiels est extensif et il nous a menés à notre décision de retirer ces comptes aujourd’hui », a indiqué Facebook, d’après ce que rapporte le Washington Post.

L’entreprise a expliqué à CNN qu’elle cherche notamment à déterminer si une personne a fait des appels à la violence envers des individus en se basant sur la race, l’ethnicité ou l’origine nationale. Elle examine également si la personne se réclame d’une idéologie haineuse, si elle tient des propos haineux dans la section « À propos » de ses comptes, et si certaines de ses pages ou certains de ses groupes ont été supprimés par le passé pour avoir enfreint les politiques sur les propos haineux et violents.

Les partisans aussi visés par Facebook

Par ailleurs, toute personne partageant des contenus d’Infowars sur Facebook et Instagram verra ces contenus automatiquement supprimés et est sujette à être bannie si l’acte est répété. Les vidéos, les extraits audio et les articles d’Infowars sont frappés par cette interdiction, tout comme les groupes et les événements faisant la promotion des personnes bannies jeudi, rapporte The Atlantic.

La page Infowars avait déjà été supprimée par Facebook, tout comme une partie des contenus partagés par Alex Jones, mais ce conspirationniste avait jusqu’ici échappé au bannissement total. Lui et d’autres personnalités extrémistes étaient également très actifs sur Instagram, où peu de représailles officielles avaient été dirigées contre eux.

Facebook s’est jusqu’ici principalement abstenu de bannir des individus et des groupes de façon permanente, soulignant que les propos répréhensibles sont permis s’ils ne versent pas dans la haine.

Avec les informations de The Washington Post, CNN, The Atlantic, et The Verge

Réseaux sociaux

Techno