•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La facture du centre de biométhanisation bondit de 65,5 millions $

Esquisse du projet de centre de biométhanisation
Le centre de biométhanisation sera aménagé sur le site de la station de traitement des eaux usées de la baie de Beauport. Photo: Ville de Québec
Louis Gagné

Le futur centre de biométhanisation de Québec va coûter 65,5 millions de dollars plus cher que prévu. L'administration Labeaume affirme que cette hausse sera largement compensée par les revenus supplémentaires qu'elle entend tirer de la vente de gaz à Énergir.

Lors d’une séance du comité plénier qui se déroulait jeudi matin, la municipalité a révélé que la facture du centre de biométhanisation était passée de 124,5 à 190 millions de dollars. Cela représente une augmentation de plus de 50 %.

La hausse de 65,5 millions est répartie comme suit : 36,5 millions pour la construction du centre et 29 millions pour l’implantation de la collecte des matières résiduelles.

La Ville explique en partie cette hausse par les améliorations qu’elle a apportées au projet. Elle a notamment investi 14 millions supplémentaires pour accroître l’efficacité énergétique du centre.

La municipalité soutient que ces bonifications permettront d’augmenter de 4 millions par année les revenus tirés de la vente de biométhane à Énergir.

« On va être gagnants »

Selon la Ville, la hausse des coûts du projet pourra ainsi être absorbée sur un horizon de 15 à 20 ans.

« On va être gagnants sur 20 ans », assure la conseillère responsable du projet, Suzanne Verreault, en référence aux revenus additionnels de 80 millions que la Ville anticipe au cours de cette période.

Ça va nous coûter moins cher que le premier coût. On va avoir des revenus supplémentaires. Il ne faut pas l’oublier non plus.

Suzanne Verreault, membre du comité exécutif
Esquisse du projet de centre de biométhanisationLe centre de biométhanisation aura la capacité de traiter annuellement 86 600 tonnes de résidus alimentaires et 96 000 tonnes de boues municipales. Photo : Ville de Québec

« Totalement absurde  »

Les explications de l’administration Labeaume n’ont pas convaincu les conseillers de l’opposition.

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, mentionne que les revenus supplémentaires promis par la Ville ne sont « absolument pas garantis ».

« Tout va dépendre de la quantité et de la qualité. C’est totalement absurde ce qu’on vient de nous apprendre ce matin. Il n’y a aucun gain pour les citoyens, malgré l’explosion de coûts », déplore-t-il.

Le conseiller de Démocratie Québec, Jean Rousseau, se montre tout aussi dubitatif. Il juge que les projections de revenus présentées par la municipalité ne sont pas réalistes.

« J’ai entendu qu’on aurait une usine qui fonctionnerait à coûts nuls et qui serait rentable. Écoutez, on serait bien les seuls en Amérique du Nord à réussir cet exploit-là […] Je veux le voir pour le croire », indique l’élu municipal.

L’ouverture du centre de biométhanisation est prévue en 2022.

Avec la collaboration de Nicolas Vigneault

Québec

Recyclage