•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Courir vers le marathon : manger les kilomètres

Du porc, légumes et couscous.

Les jours d'entraînement, ma nourriture et l'heure des repas seront déterminées par l’horaire de ma course.

Photo : Radio-Canada

Denis-Michel Thibeault
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

J'ai souvent entendu dire que l'alimentation est responsable de 80 % d'une perte de poids. J'ai toujours eu des doutes au sujet de cette affirmation... jusqu'à ce que j'entreprenne mon entraînement pour le marathon.

Le but de cette chronique et l'objectif que je me suis fixé en commençant à courir était de perdre du poids. Il va sans dire cependant que les choses vont beaucoup moins rapidement que je ne l’aurais espéré. Je cours entre 30 et 50 kilomètres par semaine et, pourtant, mon poids ne semble pas vouloir bouger, en tout cas pas aussi rapidement que je l’aurais voulu.

Ce que je suis en train de décrire est la réalité de plusieurs personnes qui ont, comme moi, décidé de faire de l’exercice pour perdre du poids.

Je suis donc forcé de revoir la conception que j'ai de l'importance de l'alimentation dans ma perte de poids. La seule explication à mon manque de résultats est en effet mon alimentation.

J’ai parlé avec la diététiste du Centre de santé Saint-Boniface, Janelle Vincent, pour mieux comprendre le phénomène.

Quand on fait quelques recherches sur Internet, on trouve plusieurs « solutions » aux problèmes d’alimentation. Après ma discussion avec Janelle, je retiens que c’est pas mal plus simple que je ne le pensais.

Selon elle, il faut manger un peu de tout.

Si tu as une alimentation variée, c’est possible de trouver tous les nutriments et minéraux dont tu as besoin.

Une citation de : Janelle Vincent, diététiste

Ce que je réalise depuis que j’ai commencé à courir, c’est qu’il faut que je trouve un équilibre entre ce que je mange, le moment où je mange et la quantité de nourriture que j'ingère. Il faut voir la nourriture comme le carburant qui permet d’avancer.

Ainsi, les jours où je m’entraîne, ma nourriture et l'heure des repas seront déterminées par l’horaire de ma course.

Si je décide de m’entraîner à 16 h, je dînerai autour de 13 h, et mon déjeuner aura lieu vers 10 h. Je vais prendre une collation légère avant et après ma course, et je souperai autour de 18 h 30. J'ai choisi cette formule parce qu'un intervalle de trois heures donne suffisamment de temps à mon corps pour bien digérer et me permet de me sentir à l'aise lorsque je cours.

Chaque jour, je dois ingérer plus ou moins 2000 calories. Les jours où je m’entraîne, je vais essayer de concentrer mes glucides, qui sont plus faciles à digérer, autour de ma course pour avoir l’énergie et les protéines nécessaires pour les moments où j’ai besoin d’être soutenu plus longtemps.

Suivez Denis-Michel Thibeault dans sa chronique Courir vers le marathon, qui sera publiée régulièrement sur ICI Manitoba d'ici le16 juin.

Janelle Vincent m’explique que « notre énergie vient justement des glucides » et qu'il est important de ne pas arrêter de manger du pain ou des pâtes, comme peuvent le préconiser certains sites Internet. Elle explique cependant qu’il y a de meilleurs glucides que d’autres.

« Tu peux manger des croustilles et de la crème glacée toute la journée et perdre du poids, mais tu ne te sentiras pas très bien au moment de ta course », m’explique-t-elle.

Une précision : « Il faut être certain qu’on mange assez pour soutenir notre exercice, même si on essaye de perdre du poids. Toutes les calories ne sont pas égales. »

Pour perdre du poids, en théorie, il faut que la dépense d'énergie soit plus grande que l'apport en énergie. Cependant, lorsque vient le temps de parler de performance, il ne s’agit pas seulement de quantité, mais aussi du genre de nourriture qu'on mange, et du moment dans la journée où on mange.

Puis, il y a la consommation d’eau. Notre corps est composé d’eau à environ 70 %, et la course fait beaucoup transpirer. Il est donc important de remplacer l’eau perdue. Janelle Vincent suggère de boire quelques gorgées toutes les 30 minutes.

De plus, dans mon cas, dans une journée normale, je bois entre 3 et 4 litres d’eau. Janelle Vincent suggère environ 2 litres par personne, mais comme je transpire pas mal, je trouve qu'un plus grand apport en eau m'aide à me sentir mieux.

Il y a évidemment quelques principes de base incontournables, mais la réalité (pour moi) est qu’en tentant de maintenir ma consommation autour de 2000 calories par jour et en choisissant stratégiquement les moments où je mange je suis capable d’obtenir de meilleurs résultats.

Depuis le début de mon processus, j’ai perdu 10 livres et j’ai bien l’intention de continuer. Plus je m’approche de mon objectif, plus je me rends compte qu'il est bien vrai que la perte de poids, « c’est 80 %, l’alimentation ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !