•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ford supprime un quart de travail à une usine de moteurs à Windsor

Des camionnettes bleues, rouges et blanche de Ford garées l'une à côté de l'autre
L'usine de Ford à Windsor fabrique des moteurs pour les camionnettes F-150. Photo: Associated Press / Keith Srakocic
Radio-Canada

Le constructeur automobile Ford va éliminer en octobre l'un des trois quarts de travail de la ligne d'assemblage de moteurs à son usine Essex à Windsor, dans le Sud-Ouest de l'Ontario.

Le président de la section syndicale locale 200 d'Unifor, John D'Agnolo, se dit déçu de la situation, mais n'anticipe pas de mises à pied pour l'instant.

Les employés touchés, environ 120, pourront tous se trouver du travail dans un autre bâtiment du site de l'usine de moteurs Ford à Windsor, appelé Annex.

Des moteurs de 7,3 litres y seront assemblés à partir de cet été et leur production devrait augmenter en novembre.

La production sera mieux alignée à la demande des consommateurs, indique le directeur des communications de Ford Canada, Matt Drennan-Scace.

Ce dernier promet que les employés ne perdront pas leur emploi et ajoute que l'édifice Annex n'est qu'à 15 minutes de route du bâtiment Essex, où sera supprimé le quart de travail.

Un grand bâtiment rectangulaire photographiée de loin. Le bâtiment Essex de l'usine de moteurs Ford à Windsor. Photo : Radio-Canada / Colin Côté-Paulette

M. D'Agnolo attribue la suppression du quart de travail de nuit de la ligne d'assemblage de moteurs à l'usine Essex à la baisse des ventes de camionnettes F-150 avec moteur de 5 L que l'usine fabrique actuellement.

Le leader syndical affirme que Ford est en pleine réorganisation de personnel présentement dans ses trois usines de fabrication de pièces à Windsor. À un certain moment, il y aura des pertes d'emploi, mais il y a aussi beaucoup de départs à la retraite... C'est impossible pour l'instant de savoir combien de postes seront abolis, dit-il, soulignant que ça dépendra des ventes du constructeur.

« Pas la fin du monde »

Pour Jason Stein, l'éditeur du média Automotive News, la suppression du quart de travail n'est pas trop inquiétante.

Ce n'est pas la fin du monde, Ford offre tellement de variantes de moteurs maintenant, souligne-t-il, rappelant que dans le scénario de Ford, aucun emploi n'est perdu, ni créé.

Les consommateurs s'éloignent des véhicules munis d'un moteur 5 litres, nous assistons à un virage naturel

Jason Stein, Automotive News

Des élus ont quand même cru bon d'envoyer leurs pensées aux travailleurs de Ford.

Je suis très désolée pour les travailleurs du secteur de l'auto et leurs familles dans Windsor-Essex, a déclaré la députée fédérale d'Essex, Tracey Ramsey.

Environ 700 personnes travaillent à l'usine de moteurs Essex de Ford.

Industrie automobile

Économie