•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trident Exploration cesse ses activités

Les tuyeaux d'un puits de gaz.

Trident Exploration estime que la remise en état des installations coûterait 329 millions de dollars.

Photo : Radio-Canada / Philippe Morin

Radio-Canada

La société gazière de Calgary Trident Exploration a brusquement mis fin à ses activités mardi, sans répondre aux obligations réglementaires de démantèlement de ses sites. Elle laisse derrière elle 4700 puits, dont certains sont encore actifs, et licencie 33 employés ainsi que 61 entrepreneurs sous-traitants.

La compagnie explique dans un communiqué qu’elle ne dispose pas des fonds nécessaires pour exploiter son infrastructure ou se protéger des créanciers.

La majorité de ses activités sont réalisées dans le gaz naturel, dont les prix sont faibles depuis beaucoup années.

Les puits abandonnés par Trident Exploration viennent s’ajouter aux 3000 puits orphelins, déjà en attente de restauration dans la province.

L’Agence de réglementation de l’énergie de l’Alberta (ARE), qui a pour mandat de protéger la sécurité publique et l’environnement, explique qu’elle collabore avec l’entreprise depuis plusieurs semaines.

L'ARE veut s’assurer que la compagnie confie ses actifs à des exploitants responsables et que les obligations de puits en fin de vie sont respectées.

L’ARE a la responsabilité de maintenir la décision de la Cour suprême du Canada selon laquelle les questions financières n’ont pas la priorité sur les responsabilités environnementales, dit-elle dans un communiqué jeudi.

On doit veiller à ce que les exigences en matière de sécurité et d’environnement soient respectées.

Agence de réglementation de l’énergie de l’Alberta

Le 29 avril, après que Trident eut annoncé son intention de cesser ses activités, l'ARE a ordonné à la compagnie de suivre les procédures de fin de vie ou de démantèlement de ses sites, et d'assurer son transfert, si cela est nécessaire, vers les entreprises énergétiques responsables.

Dans son communiqué du 1er mai, l'ARE déclare avoir été informée par l'entreprise que ses administrateurs avaient cessé leurs activités, sans répondre aux directives de l'Agence et à leurs obligations réglementaires.

La décision Redwater

Trident Exploration estime que ces obligations s’élèvent à 329 millions de dollars et elle ne prévoit aucun recouvrement financier pour les actionnaires ou les créanciers non garanti.

Elle a également déclaré qu'un processus de restructuration et de vente avec ses créanciers avait échoué en raison de la décision au mois de janvier de la Cour suprême du Canada au sujet de Redwater Energy, une entreprise insolvable.

La Cour suprême a statué que les entreprises énergétiques devaient remplir leurs obligations environnementales avant de rembourser leurs créanciers en cas d'insolvabilité ou de faillite, annulant les décisions des tribunaux inférieurs qui avaient plutôt statué que le droit de la faillite avait préséance sur les responsabilités environnementales des provinces.

La décision Redwater a eu pour conséquence involontaire d'intensifier les difficultés financières de Trident, a déclaré la compagnie.

L'ARE a déclaré jeudi qu'elle évaluerait les sites à haut risque pour s'assurer qu'ils ne posent aucun risque immédiat, et qu'elle veillerait à ce que le public et l'environnement soient protégés des sites de Trident.

Le transfert des puits à l'Association des puits orphelins de l'Alberta (Orphan Well Association) sera un « dernier recours », explique l'ARE, ajoutant que son objectif est de transférer bon nombre de puits à d'autres entreprises, afin de les maintenir en activité et de verser des redevances à l'économie de l'Alberta.

À la fin de l’année 2018, près de 90 000 puits étaient inactifs en Alberta.

Agence de réglementation de l’énergie de l’Alberta

L'ARE conseille à toute personne qui serait préoccupée par la sécurité des sites de Trident Exploration d'appeler la ligne téléphonique de plainte et d'intervention d'urgence, ouverte 24 heures sur 24, au 1 800 222-6514.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !