•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Profilage : le futur chef de police d’Halifax n’exclut pas les contrôles de rue

Lumières d'une voiture de police suivant un automobiliste.
À Halifax, les Noirs sont 6,1 fois plus sujets que les Blancs à des contrôles policiers de routine, et 5,3 fois plus sujets à ces contrôles que le reste de la population. Photo: Getty Images / Andrey Popov
Radio-Canada

Le futur chef de la police d'Halifax n'a pas de position claire sur les contrôles de rue qui ont ciblé de manière disproportionnée la communauté noire de la ville.

Dan Kinsella, dont la nomination a été annoncée en début de semaine, dit qu’il devra aller à la rencontre de la communauté noire avant de décider quoi faire à ce sujet.

Le mois dernier, un rapport sur le profilage racial démontrait que les Afro-Néo-Écossais étaient six fois plus souvent que les Blancs ciblés par des contrôles policiers de rue à Halifax. Des voix se sont alors de nouveau élevées pour réclamer que l'on mette un terme à cette pratique.

Un contrôle policier de routine, ou contrôle de rue, consiste à aborder un citoyen dans la rue ou dans un véhicule pour vérifier son identité ou l'interroger, même lorsque le policier instigateur de cette interaction n’enquête sur aucun délit en particulier. Cette mesure est souvent décriée comme un exemple de profilage racial et de harcèlement à l’endroit des citoyens.

Il y a des questions de charte [des droits et libertés] et potentiellement des questions légales, alors ma position sur les contrôles aléatoires d’individus basés uniquement sur leur race, ou de tout autre identifiant, est que c’est inapproprié, a dit le futur chef Dan Kinsella dans un entretien téléphonique.

M. Kinsella affirme que les contrôles de rue sont un outil d’enquête légitime, alors que d’aborder quelqu’un en se basant sur la race ne l’est pas. Sous la direction du chef Jean-Michel Blais, la Police régionale d’Halifax soutenait que les contrôles de rue étaient un outil efficace de prévention du crime.

Le 17 avril dernier, le ministre de la Justice de la Nouvelle-Écosse, Mark Furey, a ordonné aux forces policières de la province de cesser les contrôles de rue jusqu’à nouvel ordre.

Une photo officielle du nouveau chef de police d'Halifax, Dan Kinsella.Dan Kinsella compte 32 années de service au sein du service de police de Hamilton. Photo : Service de police de Hamilton

Dan Kinsella est le chef adjoint aux opérations du service policier de Hamilton, en Ontario, avec lequel il compte 32 ans d’expérience. Il succédera à Jean-Michel Blais comme chef de la Police régionale d’Halifax le 1er juillet.

M. Kinsella prendra la tête d’une force policière d’environ 800 membres, à peu près la taille du service policier de Hamilton.

Selon le recensement de 2016, la proportion de citoyens noirs était à peu de chose près la même (3,8 %) à Hamilton et à Halifax.

La ville ontarienne comptait alors 78,7 % de citoyens blancs, 19 % de citoyens qualifiés de minorités visibles et 2,3 % d’Autochtones. En 2016, 11,4 % des habitants d’Halifax faisaient partie d’une minorité et 4 % étaient autochtones.

Avec des informations de Jack Julian, CBC

Nouvelle-Écosse

Forces de l'ordre