•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Délit de fuite : la conductrice qui a heurté un homme de Cacouna « terriblement désolée »

Josianne Lebrun au palais de justice.

Josianne Lebrun affirme qu'elle croyait avoir heurté un nid de poule.

Photo : Radio-Canada

Yannick Bergeron

Une jeune femme qui a heurté un piéton à Sainte-Foy, le blessant grièvement, jure n'avoir jamais eu connaissance de la collision.

« Je suis terriblement désolée », a témoigné Josianne Lebrun, qui avait 18 ans lorsqu'elle a fauché Jean-François Gendron en bordure du chemin Saint-Louis, en juillet 2017.

Le procès de la jeune conductrice, accusée de délit de fuite causant des lésions, a pris fin aujourd'hui au palais de justice de Québec.

« Je n'arrive pas à croire les conséquences pour monsieur Gendron », a insisté l'accusée avec émotion.

Fatigue

Il était environ 2 h 30 dans la nuit lorsqu'elle dit s'être assoupie au volant avant de heurter ce qu'elle croyait être « un gros nid de poule ».

« Si j'avais su, je me serais arrêtée », jure Lebrun, qui cumulait deux emplois pendant la période estivale, travaillant 70 heures par semaine.

Jean-François Gendron, originaire de Cacouna, marchait sur le trottoir avec un ami lorsque le véhicule a bifurqué pour le happer.

Jean-François Gendron.

Jean-François Gendron continue d'avoir divers problèmes de santé.

Photo : Courtoisie : Facebook Jeff Gendron

Le jeune homme de 25 ans a alors subi une fracture du crâne en plus d'être blessé aux hanches et aux jambes. Il a souffert de maux de tête importants et garde des séquelles de la collision.

Pas d'alcool

Lors de son témoignage, Josianne Lebrun a juré qu'elle n'avait consommé ni alcool ni drogue avant de prendre le volant.

Elle a aussi affirmé, en réponse aux questions de son avocat, qu'elle n'avait pas utilisé son cellulaire dans la voiture, qui était équipée d'un système mains libres.

Elle allait rejoindre des amis lorsque la collision est survenue. Elle a poursuivi sa route après avoir jeté un coup d'oeil dans le rétroviseur, disant n'avoir rien remarqué d'anormal.

Selon son témoignage, elle a alors « cogné des clous » une deuxième fois et décidé de retourner chez elle en raison de sa fatigue, en empruntant un autre chemin.

Autre collision

Sur le chemin du retour, elle dit s'être encore assoupie avant de « frotter la rambarde » en bordure de route.

Arrivée chez elle vers 3 h du matin, elle remarque que le rétroviseur, côté passager, est brisé et se précipite dans la maison pour aller chercher de la colle pour le réparer.

Elle croit alors que les dommages sur son véhicule ont été causés par la collision avec le garde-fou.

La jeune femme s'est rendue à la police après avoir appris qu'une enquête policière était en cours pour un délit de fuite.

Après avoir entendu l'ensemble de la preuve, le juge Sébastien Proulx a mis la cause en délibéré et rendra son jugement au mois d'octobre.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Est du Québec

Procès et poursuites