•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les producteurs de canola de l'Ouest canadien insatisfaits de l'aide d'Ottawa

En 1964, lors de leur tournée canadienne, les Beatles donnent beaucoup d'émotion

Denis-Michel Thibeault
Julien Sahuquillo

Les réactions des producteurs de canola de l'Ouest canadien sont mitigées après l'annonce du gouvernement fédéral de bonifier le Programme de paiements anticipés (PPA). Pour certains, cette mesure ne fait rien pour régler le nœud du problème.

« En surface, c’est une bonne idée. Cependant, cette initiative ne résout pas nos problèmes commerciaux avec la Chine, l’Inde ou l’Italie », affirme le producteur de canola de Saint-François-Xavier au Manitoba, Gunter Jochum.

Selon lui, cette solution n’est en rien une réponse durable pour le commerce extérieur du Canada. « Ce n’est qu’un pansement, dit-il. Même si ça semble être une bonne idée, ça n’aide pas vraiment. Ça ne fera que nous amener plus de dettes. »

Le PPA offre des avances de fonds à faible taux d'intérêt à l'ensemble des producteurs agricoles. Ainsi, la ministre de l'Agriculture, Marie-Claude Bibeau, a annoncé mercredi que la limite de prêt passe de 400 000 $ à 1 million de dollars.

Pour les seuls producteurs de canola, la portion de ce prêt qui ne sera soumise à aucun intérêt passera de 100 000 $ à 500 000 $, a précisé la ministre. Le PPA permet aux agriculteurs de rembourser les prêts obtenus dans les 18 mois dans la plupart des cas.

En Saskatchewan, le premier ministre Scott Moe déclare « [apprécier] que le gouvernement fédéral est allé de l’avant avec ce plan. C’est un soutien pour nos producteurs qui vont commencer leurs semences ce printemps ».

Il ajoute que cela permettra de gagner un peu de temps pour les producteurs « afin de soutenir le gouvernement vis-à-vis de ses démarches avec la Chine ».

Du côté de l’opposition, le chef du NPD de la Saskatchewan estime que la décision fédérale va permettre de « voir ce qu’il se passe avec la situation internationale. Le plus important, déclare Ryan Meili, c’est d’ouvrir ce marché et aussi de faire le travail pour trouver d’autres nouveaux marchés ».

Des producteurs, loin d’être convaincus

Paul Hounjet est producteur de canola à Prud'homme en Saskatchewan. Il est loin d’être reconnaissant des nouvelles dispositions d’Ottawa.

Ce n’est pas quelque chose qui me met un sourire. Ça serait plutôt une claque dans la face.

Paul Hounjet, producteur de canola à Prud'homme en Saskatchewan

« C’est avec le canola qu’on fait notre profit. On peut semer d’autres récoltes, mais ça ne paye pas bien les factures », explique-t-il.

Il ajoute qu’il se prépare déjà à à réduire sa production de canola pour l’année prochaine et se tourner vers d’autres cultures comme le lin dont les prix du marché sont plus stables.

Paul Hounjet sur sa ferme.

Paul Hounjet estime avoir perdu environ 100 000 dollars au cours des trois derniers mois.

Photo : Radio-Canada

Le producteur de canola de Delmas, près de North Battleford en Saskatchewan, Martin Prince, voit quant à lui de potentielles conséquences négatives à cette annonce.

« Si la situation dans le marché ne s'améliore pas dans un délai de 12 mois, on va avoir de sérieux problèmes. Qu'est-ce qu'on va faire l'an prochain? », se demande-t-il.

François Baes, un producteur de Saint-Adolphe au Manitoba qui possède 162 hectares de canola, considère qu’il s’agit « d’une bouffée d’oxygène », mais reste prudent.

« C’est une aide qu’il faudra rembourser quand même », souligne-t-il.

Selon le vice-président de la Commission des producteurs de canola d’Alberta, Kevin Serfas, l’avenir de certains producteurs pourrait empirer avec une telle offre de crédit.

« Cette aide permet d’avoir une avance financière pour contrebalancer le canola qui reste dans leurs entrepôts et pouvoir tout de même payer leurs factures. Ce qui m’inquiète, c’est que si la situation continue plus d’un an, les producteurs qui ont pris cet argent pourraient se retrouver dans une situation pire que s’ils avaient juste vendu leur production peu importe le prix du marché », précise-t-il.

Une tension politique à régler

Les producteurs de canola interrogés s’entendent pour dire qu’Ottawa doit poursuivre ses efforts auprès du gouvernement chinois.

« Je souhaite que le gouvernement commence à négocier », dit Gunter Jochum.

Selon lui, plus le gouvernement attend, plus les dommages seront importants dans les portefeuilles des agriculteurs.

« En ce moment, je ne suis pas très optimiste. À long terme, nous pouvons résoudre la situation si nous envoyons une délégation en Chine pour négocier », dit le producteur manitobain.

Pour Martin Prince, le problème des producteurs de canola relève avant tout d’un problème politique : « Je pense que c'est une situation où il faut retourner au début : pourquoi on est dans cette situation-là présentement? »

Certains producteurs comme Chris Allam qui exploite une ferme à l’est d’Edmonton estiment que trouver de nouveaux marchés prendra trop de temps.

« Je pense qu’une bonne solution serait qu’aucun pays n'achète plus de 20 % de notre production. On devrait aussi trouver d’autres marchés secondaires au Canada », conclut-il.

Avec des informations de Patrick Foucault, Abdoulaye Cissoko, Charlotte Dumoulin, Elsie Miclisse, Emmanuelle Poisson et Gabrielle Proulx

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Agriculture

Économie