•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Et si ce n’était pas l’alzheimer?

Photo : Dr_Microbe

Alain Labelle
Mis à jour le 

Jusqu'au tiers des personnes âgées qui ont reçu un diagnostic d'alzheimer seraient plutôt atteintes d'une autre forme de démence inconnue à ce jour. Cette découverte serait, selon plusieurs experts, la plus importante percée concernant les maladies neurodégénératives des dernières années. Explications.

Les scientifiques qui ont identifié cette forme de démence, le Dr Peter Nelson de l’Université du Kentucky et d'autres collègues américains et européens, expliquent qu'elle présente des symptômes similaires à ceux de la maladie d'Alzheimer, mais qu'elle est tout à fait distincte.

Il ne fait aucun doute que de nombreuses personnes à qui l'on avait diagnostiqué l’alzheimer ne sont pas atteintes de la maladie.

Peter Nelson

Cette démence a été nommée encéphalopathie à prédominance limbique TDP-43 liée à l'âge (traduction libre de Limbic-predominant age-related TDP-43 encephalopathy ou LATE).

Repères

  • Les termes « alzheimer » et « démence » sont souvent utilisés pour décrire les pertes des capacités cognitives et fonctionnelles d’une personne liées à l’âge.
  • Toutefois, les neurologues cernent de mieux en mieux les différents aspects de la démence, et comprennent qu’il s’agit d’une variété de maladies.

Certaines maladies neurodégénératives sont diagnostiquées à partir des antécédents d’une personne, de divers biomarqueurs ou de symptômes distinctifs, mais d’autres sont beaucoup plus difficiles à dépister.

C’est le cas de cette encéphalopathie qui semble frapper les personnes âgées de plus de 80 ans.

Selon les auteurs de ces travaux, qui ont analysé le cerveau de milliers de personnes décédées de ce groupe d'âge, pas moins d’une personne sur cinq présenterait des caractéristiques de cette forme de démence, dont le déclin de la pensée et de la mémoire serait plus graduel que l'alzheimer.

Une combinaison tardive de cette démence avec la maladie d'Alzheimer, une situation qui serait courante, causerait cependant un déclin plus rapide que ce qu'entraînerait seule chacune des deux maladies.

Le saviez-vous?

Pas moins de 564 000 Canadiens sont actuellement atteints d’alzheimer ou d’une maladie apparentée. Dans 15 ans, ils seront 937 000. (Société Alzheimer du Canada)

La fin d’une époque

Le Dr Peter Nelson explique qu’il est temps, à la lumière de cette découverte, de repenser notre conception de la démence.

Plus de 200 virus différents peuvent causer le rhume. Alors, pourquoi penser qu'il n'y a qu'une seule cause de démence?

Peter Nelson

Depuis des années déjà, les chercheurs remarquent que les cerveaux d’un grand nombre de personnes décédées à un âge avancé présentent des symptômes de démence sans les signes révélateurs de l'alzheimer.

Les deux caractéristiques de la présence de l’alzheimer :

  • Les plaques de protéine bêta amyloïde ou A-bêta. Lorsque ces molécules A-bêta s’agrègent dans le cerveau, elles forment des plaques qui bloquent le transfert de signaux entre les neurones, entraînant la mort des cellules.
  • Les amas fibreux de la protéine tau. Dans un cerveau malade, les protéines tau s’affaissent et s’enroulent, formant des enchevêtrements qui empêchent les nutriments d’atteindre les neurones, entraînant la mort des cellules.

Les examens post-mortem montraient plutôt une accumulation de la protéine TDP-43 dans leur cerveau, ce qui a mené à la description de la nouvelle forme de démence.

Entrevue avec Serge Gauthier, neurologue et directeur de l'unité de recherche sur la maladie d'Alzheimer au Centre McGill d'études sur le vieillissement

Revoir la recherche

L’existence de cette démence pourrait expliquer, selon les chercheurs, pourquoi tant d’essais cliniques consacrés à la maladie d'Alzheimer ont échoué dans les dernières décennies.

Maintenant que la communauté scientifique est sur la même longueur d'onde au sujet de LATE, d'autres recherches sur le « comment » et le « pourquoi » pourront maintenant nous aider à mettre au point des médicaments qui ciblent les bons patients.

Peter Nelson

« Il y a beaucoup de travail à faire. C'est plus un point de départ qu'un point d'arrivée », explique le Dr Nelson.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Médecine

Science