•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’urgence à capacité réduite à Havre-Saint-Pierre

L'hôpital de Havre-Saint-Pierre
L'hôpital de Havre-Saint-Pierre Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Les services d'urgence sont réduits à compter d'aujourd'hui jusqu'au 1er juin à l'hôpital de Havre-Saint-Pierre en raison de la pénurie de médecins qui touche toujours la Minganie.

Le Centre intégré de santé et des services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord a annoncé que les cas considérés non urgents après évaluation par un professionnel pourront être dirigés vers un médecin hors de l'urgence pour une consultation avec rendez-vous.

L'urgence demeure ouverte en tout temps pour les cas urgents.

Déjà cet automne, des médecins de l'hôpital de Havre-Saint-Pierre avaient réclamé du renfort. Selon des médecins, ils étaient de 5 à 7 à se partager le travail à ce moment-là. Ils en demandaient treize.

La direction du CISSS tente de remédier à la situation

La porte-parole du CISSS de la Côte-Nord, Dyane Benoît, explique qu'une infirmière clinicienne a été ajoutée temporairement à l'équipe du service des urgences pour s'occuper des patients dont la situation n'est pas prioritaire.

Le CISSS est aussi en discussion avec la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec pour voir s'il n'y a pas des mesures qui pourraient être ajoutées ou rendues disponibles à la région, pour qu'on puisse remettre à flot nos effectifs et surtout rassurer l'ensemble de la population, indique Dyane Benoît.

Dyane Benoit confirme aussi qu'un nouveau responsable du recrutement du personnel médical pour pallier le manque d'effectif dans la région de la Minganie devrait entrer en fonction dans les prochains jours à Havre-Saint-Pierre.

Réaction de la députée provinciale

En entrevue à l’émission Bonjour la Côte, la députée péquiste de Duplessis, Lorraine Richard, explique que la situation est documentée depuis un certain moment.

Ça fait, je vous dirais, plus d’un an qu’on dit à la direction du CISSS, " Mettez les priorités en Minganie, on va avoir des découvertures si ça continue comme ça ", explique la politicienne.

Lorraine Richard, députée du Parti Québécois dans Duplessis, sur la Côte-Nord (en studio à Radio-Canada). Lorraine Richard, députée du Parti Québécois dans Duplessis, sur la Côte-Nord. Photo : Radio-Canada / Lydianne Ouimet

Le 14 février, Mme Richard dit d’ailleurs avoir rencontré la ministre de la Santé et des Services sociaux Danielle McCann à ce sujet en compagne de Luc Noël, le préfet de la Minganie.

Il y a un manque flagrant de médecins, ce qui fait qu’il risque d’y avoir des [bris de service] à l’urgence et on ne peut pas se [le] permettre à Havre-Saint-Pierre.

Lorraine Richard, députée de Duplessis

Parmi les solutions suggérées par Mme Richard, l’ajout d’une prime de nordicité pour les médecins qui s’établissent en Minganie.

Côte-Nord

Santé