•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'armée doit s'expliquer sur des militaires sikhs armés lors d'un défilé

Un défilé avec le centre-ville de Toronto et la Tour CN en arrière-plan

Des musiciens jouent du tambour lors du défilé du jour du Khalsa à Toronto, sur cette photo d’archives.

Photo : La Presse canadienne / Aaron Vincent Elkaim

La Presse canadienne

L’armée canadienne peine à expliquer pourquoi un groupe de militaires portait des armes lors d’un défilé de la communauté sikhe à Toronto.

Des photos et des vidéos de l'événement montrent des soldats, dont beaucoup de sikhs coiffés d'un turban, vêtus d'uniformes militaires et portant des fusils d'assaut, ce que l'armée ne permet normalement pas. Ils étaient également escortés par un véhicule blindé.

Les militaires peuvent porter des armes en public seulement lors de certains défilés et manifestations militaires, selon la porte-parole de l'armée, Karla Gimby.

C'est le commandant de l'unité de réserve Lorne Scots, établie à Mississauga, qui a approuvé le port des armes, a précisé Mme Gimby.

Mais cette décision n'était pas conforme au Manuel des exercices et des cérémonies des Forces armées canadiennes, a-t-elle ajouté.

Le commandant en chef de l'armée en Ontario, le brigadier-général Joe Paul, fait le suivi auprès de l'unité et a publié de nouvelles directives sur l'interdiction du port d'armes lors d'événements semblables, selon la porte-parole.

L'incident fera l'objet d'une enquête approfondie, a-t-elle assuré, affirmant qu'il était trop tôt pour déterminer s'il y aura des sanctions.

Le défilé du jour du Khalsa de Toronto, organisé pour commémorer le jour saint sikh du Vaisakhi, est l'un des plus populaires au Canada.

Armes à feu

Société