•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg veut équilibrer la donne entre Airbnb et les hôtels

Un aperçu de l'application Airbnb
L'industrie hôtelière insiste auprès des gouvernements pour que la plateforme de location de logements en ligne Airbnb soit soumise aux mêmes taxes et restrictions que les hôtels conventionnels. Photo: Getty Images / John MacDougall
Radio-Canada

La Ville de Winnipeg souhaite que l'entreprise de location de domiciles Airbnb soit soumise à la même taxe d'hébergement que les chambres d'hôtel.

La Ville de Winnipeg travaille à une mise à jour de sa réglementation relative à la taxe d’hébergement, qui date de 11 ans. Cette dernière stipule que les chambres d’hôtel doivent être facturées avec un surplus de 5 %.

Le porte-parole de la Ville, Kalen Qually, affirme qu'elle « étudie des options de mise à jour dans le but d’y ajouter les plateformes de location en ligne », tel qu’Airbnb.

Un rapport doit être présenté cette année devant le conseil municipal, lequel sera amené à voter les changements proposés.

Cette réflexion voit le jour alors que l’industrie hôtelière presse les gouvernements municipaux, provinciaux et fédéral de rééquilibrer le marché en obligeant les acteurs de l’hébergement entre particuliers, comme Airbnb, à se soumettre aux mêmes critères notamment en matière d’hygiène et de sécurité.

« C’est vraiment compliqué pour nous de rester dans la compétition si [ces acteurs] ne doivent pas payer les mêmes taxes que nous », affirme le président de l’Association des hôtels du Manitoba, Scott Jocelyn, qui représente près de 80 hôtels.

Il ajoute que les gouvernements devraient considérer Airbnb comme un joueur majeur de l’industrie de l’hébergement plutôt qu’un groupe de particuliers louant individuellement leur domicile.

Néanmoins, c’est bien selon ce principe que le géant de la location de logement par Internet se vend. La plateforme fait la promotion d’une économie du partage entre particuliers.

Toutefois, selon une analyse de données de CBC, derrière certains des plus gros locateurs de Airbnb au Canada se cachent des entreprises à but lucratif.

Tableau donnant les prix extrêmes des locations Airbnb par nuit à Winnipeg.Certaines locations à Winnipeg sur Airbnb proposent des tarifs bien moindres que ceux des hôtels. Photo : Radio-Canada

L’enquête a ainsi dénombré 502 annonces du site pour des maisons particulières ou des appartements à Winnipeg en date du 10 avril 2019. Ces dernières sont éparpillées à travers la ville, mais connaissent une forte concentration au centre-ville ainsi que dans le quartier d’Osborne.

La moitié de ces logements sont gérés par des personnes ou des entreprises qui gèrent ou possèdent également d’autres propriétés en location sur Airbnb.

L’entreprise Air Property, tenue par l’agent immobilier Braydin Huyen, gère ainsi le plus gros parc d’annonces de la ville, soit 35 au total, réparties dans des quartiers comme Osborne, River Heights ou Tuxedo.

Dans les cinq plus grosses entreprises locatrices de Winnipeg au 10 avril 2019, on compte aussi Titan PM avec 13 annonces, Homes By Ré avec 12 annonces, Nest Host avec 11 annonces et Executive Stay avec 8 annonces.

La carte des locations à OsborneUne grande majorité des locations Airbnb à Winnipeg se trouvent dans les quartiers du centre-ville et de Osborne. Photo : Radio-Canada

Michelle Robertson travaille comme agente immobilière et cogère Nest Host. Elle affirme que sa clientèle provient de touristes, d’employés de l’industrie du film et de personnes venant rendre visite à leur famille.

Selon elle, l’attrait de ce type d'hébergement repose sur le fait qu’il serait plus avantageux en matière de prix pour les personnes voyageant en famille ou en groupe.

« C’est un peu plus personnel qu’une chambre d’hôtel. On a une maison hors de sa maison avec un accès à une cuisine complète », explique-t-elle.

Pour ces raisons, Michelle Robertson affirme que la location par Airbnb ne deviendra pas moins attractive avec l’arrivée d’une nouvelle taxe d’hébergement.

Une carte des logements Airbnb dans le quartier de la Bourse et du centre-ville.Une grande majorité des locations Airbnb à Winnipeg se trouvent dans les quartiers du centre-ville et de Osborne. Photo : Radio-Canada

Pour l’heure, l’entreprise Airbnb a démontré qu’elle était prête à se plier aux régimes fiscaux des villes et des provinces.

Six villes en Ontario, dont Ottawa et Mississauga, demandent ainsi à l’entreprise une taxe d’hébergement municipale de 4 %. En Colombie-Britannique, la province applique une taxe sur la vente de 8 % quand les municipalités imposent une taxe d’hébergement qui s’élève à 2 ou 3 % du prix affiché. Au Québec, la province impose une taxe de 3,5 %.

L’entreprise de location d’hébergement en ligne a déjà signalé qu’elle était prête à suivre les nouvelles dispositions fiscales de Winnipeg.

Dans un communiqué, la porte-parole d'Airbnb, Lindsey Scully, affirme que, pour ce qui est des taxes d’hébergement, sa « communauté souhaite payer sa juste part afin d’assurer que les gouvernements locaux bénéficient des effets économiques du partage de domiciles ».

Elle ajoute que l’entreprise paye des taxes hôtelières et de tourisme dans plus de 400 juridictions et encourage ses compétiteurs à faire de même.

L’industrie hôtelière locale, pour sa part, souhaiterait qu'Airbnb soit également soumise aux taxes de vente provinciale et fédérale. Le ministère des Finances du Manitoba affirme ne pas avoir prévu de faire appliquer la TVP sur les locations d'Airbnb pour le moment.

Avec des informations de Bartley Kives et Jacques Marcoux

Méthodologie

CBC a surveillé et collecté les données des prix, du nombre d’avis, de la notation et de la géolocalisation des annonces de maisons complètes ou de suites répertoriées sur le site d'Airbnb le 10 avril 2019 pour 17 villes canadiennes.

Une minorité de ces annonces peuvent être des doubles de la même propriété créés par le même locateur pour des raisons de stratégie marketing.

Politique municipale

Politique