•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« On doit trouver une solution aux inondations », lance le ministre de la Sécurité publique

Des débris emportés par le courant dans une zone inondée de Canning, dans la région de Grand Lake, au Nouveau-Brunswick, dans l'après-midi du 27 avril 2019.

Inondations à Canning, dans la région de Grand Lake, dans l'après-midi du 27 avril.

Photo : Radio-Canada / Marielle Guimond

Radio-Canada

Le Nouveau-Brunswick doit établir un plan durable pour limiter les dommages créés année après année par les inondations, affirme Carl Urquhart, ministre de la Sécurité publique de la province. Ce plan pourrait notamment inclure des déménagements et de nouvelles infrastructures.

Le gouvernement ne sait pas encore combien les inondations dans le sud-ouest de la province coûteront aux Néo-Brunswickois. Beaucoup de sinistrés ne se sont pas encore enregistrés pour obtenir de l’aide financière, explique le ministre. Tant que ce n’est pas fait, on ne peut pas estimer un montant.

Il croit cependant que les inondations de cette année coûteront moins cher que celles de l’année dernière. La facture des crues printanières de 2018 s’est élevée à 80 millions de dollars. Nous avons réagi plus vite en demandant l’aide des forces armées et en ouvrant six nouveaux bureaux des mesures d’urgence dans les municipalités qui avaient besoin d’aide pour se préparer, relève Carl Urquhart.

Ça ne coûtera pas aussi cher que l’année passée, mais le montant sera quand même significatif.

Carl Urquhart, ministre de la Sécurité publique du Nouveau-Brunswick

Les inondations 2019 en quelques chiffres :

  • 16 155 propriétés sont touchées par la montée des eaux (à noter que dans plusieurs cas, il s'agit de terrains sans bâtiment);
  • 6786 maisons;
  • 2494 chalets;
  • 793 commerces ou églises;
  • 6082 terres agricoles.

Déjà l’an dernier, le gouvernement a offert à plusieurs propriétaires de racheter leur maison. Si cette année encore cela demeure une option dont le Cabinet discutera après la crise, le ministre Urquhart voit mal comment le Nouveau-Brunswick pourrait appliquer la solution proposée par le gouvernement Legault au Québec, soit de proposer un montant maximal de 200 000 $. Si vous avez une maison qui vaut un million de dollars et que je vous offre 200 000 $, ça ne me semble pas être très raisonnable.

Certains propriétaires se sont fait offrir le rachat de leur maison l’an dernier. Ceux qui ont refusé et ont préféré recevoir une somme d'argent pour faire des rénovations ont reçu cet argent avec la condition qu’ils n’en recevraient pas davantage.

Les autres propriétaires qui ont subi des dommages mineurs en 2018 sont invités à s’inscrire au programme d’aide financière. Chaque cas sera analysé individuellement.

Soyons honnêtes, personne ne pensait que ça se reproduirait deux fois en l’espace de 12 mois.

Carl Urquhart, ministre de la Sécurité publique du Nouveau-Brunswick
Carl Urquhart, ministre de la Sécurité publique du Nouveau-Brunswick.

Carl Urquhart, ministre de la Sécurité publique du Nouveau-Brunswick.

Photo : Radio-Canada

Le Cabinet du premier ministre Blaine Higgs devrait se rassembler une fois la crise terminée pour discuter de la meilleure stratégie à adopter, assure le ministre Urquhart. L’objectif : s’assurer que, dès maintenant, la situation soit moins critique chaque année.

Carl Urquhart assure qu’il a déjà entamé des discussions avec le fédéral pour savoir si le Nouveau-Brunswick pourrait recevoir de l’aide cette année. Il assure que la réponse est positive et que, déjà, Ottawa ne lui enverra pas de facture pour le déploiement des Forces armées canadiennes.

Nouveau-Brunswick

Incidents et catastrophes naturelles