•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trump poursuit des banques pour éviter la divulgation d'informations

Donald Trump lors d'un rassemblement partisan.

Le président américain juge que les démocrates du Congrès veulent à tout prix torpiller sa candidature pour la présidentielle de 2020.

Photo : Reuters / Yuri Gripas

Agence France-Presse

Le président américain Donald Trump a lancé lundi, aux côtés de sa famille et de son groupe, des poursuites contre les banques allemande Deutsche Bank et américaine Capital One pour tenter de les empêcher de répondre à une assignation du Congrès qui étudie les finances présidentielles dans le cadre d'une enquête plus large sur des ingérences russes présumées.

Plusieurs banques ont été sollicitées par le Congrès à majorité démocrate, par l'intermédiaire d'assignations qualifiées d'« intrusives et excessives » et « sans base juridique » par la plainte de la famille Trump.

« Les assignations ont été émises pour harceler le président Donald J. Trump, pour fouiller tous les aspects de ses finances personnelles, de ses entreprises ainsi que des affaires privées du président et de sa famille, et pour chercher à débusquer tout élément susceptible de lui causer du tort politiquement », selon la plainte, déposée dans un tribunal fédéral de New York.

« Rien ne permet d'établir une autre motivation que politique » de ces assignations, ajoute la plainte. Celle-ci accuse le Congrès d'outrepasser son mandat de législateur en s'avançant sur le terrain judiciaire et de violer le droit à la vie privée de M. Trump et de sa famille.

Nous restons déterminés à coopérer avec les enquêtes autorisées et respecterons toute décision de justice concernant ces enquêtes.

Extrait d'un communiqué de la Deutsche Bank

La Deutsche Bank est l'une des seules grandes banques occidentales à avoir continué de prêter de l'argent à l'empire de M. Trump après la mise en faillite de plusieurs de ses casinos dans les années 1990, aboutissant à des créances aujourd'hui évaluées à 330 millions de dollars. Ce rôle lui vaut d'être au centre de nombreuses enquêtes aux États-Unis.

La semaine dernière, une source proche du dossier avait indiqué que la banque allemande avait commencé à transmettre à la justice new-yorkaise, à la suite d'une sommation, des documents sur le financement de projets liés à Donald Trump.

La procureure de l'État de New York Letitia James avait intimé à la mi-mars à la Deutsche Bank de lui fournir de nombreux documents liés à des demandes de prêts et lignes de crédit octroyés à la Trump Organization, holding chapeautant les actifs du magnat de l'immobilier et dont les rênes sont tenues par ses fils Eric Trump et Donald Trump fils depuis son entrée à la Maison-Blanche.

Les élus démocrates, qui ont pris le contrôle de la Chambre des représentants, ont adressé à la banque des demandes d'information sur les taux d'intérêt accordés à la Trump Organization.

Ils veulent également obtenir des détails sur les protagonistes d'une vaste affaire de blanchiment d'argent russe, qui a valu à la Deutsche Bank une amende de 630 millions de dollars en janvier 2017 aux États-Unis.

La nouvelle plainte de M. Trump intervient après la publication le 18 avril des conclusions du procureur spécial Robert Mueller.

Après 22 mois d'enquête sur l'ingérence russe dans la présidentielle américaine de 2016, M. Mueller a conclu qu'il n'y avait pas eu d'entente entre l'équipe du républicain et Moscou, mais n'a pas blanchi M. Trump des soupçons d'entrave à la justice.

Politique américaine

International