•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’AFO invite les Franco-Ontariens à porter plainte auprès de l’ombudsman

Une femme et un homme en point de presse.

Roxanne Deevey et Carol Jolin, respectivement directrice des communications par intérim et président de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario.

Photo : Radio-Canada / Philippe de Montigny

Radio-Canada

L'Assemblée de la francophonie de l'Ontario (AFO) lance une campagne pour sensibiliser les francophones à porter plainte auprès de l'ombudsman lorsqu'ils ne reçoivent pas de services dans leur langue. L'annonce survient, mardi, au terme du mandat du commissaire aux services en français, François Boileau, qui a traité les plaintes des francophones au cours des 12 dernières années.

Dorénavant, les Franco-Ontariens pourront porter plainte à l'ombudsman au téléphone et en personne, ou en déposant un formulaire en ligne, par télécopieur ou par la poste.

Lors d’une conférence de presse à Queen’s Park, le président de l’AFO, Carol Jolin, a invité le public à consulter le site web de l'organisme pour trouver les détails de cette nouvelle marche à suivre.

Il a ajouté que des vidéos et des messages éducatifs seront publiés sur les réseaux sociaux au cours des prochaines semaines.

Il est nécessaire que les membres de la communauté déposent des plaintes lorsque leurs droits ne sont pas respectés, malgré la perte de l'indépendance du commissariat.

Carol Jolin, président de l'AFO

M. Jolin a assuré que l’AFO désire collaborer avec l’ombudsman, Paul Dubé.

L'organisme a cependant précisé qu'il a l’intention de militer pour le retour d’un Commissariat aux services en français indépendant, et ce, par la modernisation de la Loi sur les services en français.

Le commissariat va redevenir indépendant un jour. C’est juste une question de temps, affirme le président de l'AFO.

Toronto

Francophonie