•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La CNESST dévoile les raisons qui ont mené à la mort du camionneur Gilbert Jacques

Le travailleur réparait un pneu quand l'accident s'est produit.

Le travailleur remontait un pneu quand l'accident s'est produit.

Photo : Radio-Canada / Olivier Martin Roy

Jean-Louis Bordeleau

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) a dévoilé les raisons qui ont mené à l'accident de travail qui a coûté la vie à Gilbert Jacques, en septembre 2018, à Baie-Comeau.

Dans son rapport d'enquête, la CNESST explique que plusieurs facteurs ont mené à la mort de M. Jacques. Tout a commencé lorsqu'un des pneus de son camion a brûlé.

Lors de l'incident, la jante d'aluminium se déforme de façon permanente.

Le lendemain, Gilbert Jacques tente de remplacer le pneu. Lorsque le chauffeur de semi-remorque gonfle le pneu, celui-ci est éjecté hors de la jante. Le travailleur a été frappé, puis projeté au sol, détaille le rapport.

L'utilisation d'une jante déformée et l'absence d'un dispositif de retenue empêchant la projection de la roue lors du déjantage mécanique ont mené aux conditions ayant entraîné l'accident.

Extrait du rapport de la CNESST

Le rapport souligne que l'utilisation de jantes ayant été exposées à une chaleur intense comme l'incendie d'un pneu ou le blocage partiel des freins demeure un danger connu des fabricants.

Pour éviter un tel accident, la CNESST suggère d'abord de ne plus utiliser les jantes exposées à la chaleur, de même que d'établir une procédure de travail sécuritaire pour l'entretien des roues à jantes.

De plus, elle recommande d'utiliser un dispositif de retenue empêchant la projection de composants de roue [...] assurant la sécurité des travailleurs.

Ce type d'accident malheureusement est récurrent, remarque l'inspecteur de la CNESST Robin Michaud. Au fil des ans, ont a eu plusieurs accidents similaires dans l'industrie du camionnage lors du gonflage de pneus; même dans les endroits qui sont spécialisés dans le gonflage des pneus.

Selon l'inspecteur Robin Michaud, la CNESST étudie toujours la possibilité d'imposer une amende à l'employeur.

Elle dispose d'un délai d'un an pour statuer sur la question.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Côte-Nord

Accident de travail