•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une journée sans électricité pour les élèves de St-Eugène-de-Guigues

Des élèves regardent vers le tableau dans une classe du primaire.

Les élèves n'ont pas appris à l'aide du tableau numérique interactif ce jour-là.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Tanya Neveu

Les 81 élèves de l'école primaire de St-Eugène-de-Guigues ont vécu une journée sans électricité. Il s'agit d'un geste symbolique pour souligner le jour de la Terre qui a été célébré il y a une semaine.

Pour annoncer les récréations, la cloche est sonnée à l'extérieur de l'école par une enseignante, comme à l'époque.

C'est un lundi tout spécial pour les élèves, explique l'enseignante à l'origine de cette journée thématique, Mireille Jacques.

Ça prenait un repas froid, pas d'électricité, pas de micro-ondes. Le support visuel au TNI (tableau numérique interactif) est très présent dans nos classes, donc de retourner aux papiers, crayons et tableau, craies, ça a demandé un petit ajustement pour les profs, raconte Mireille Jacques.

Une école primaire au printemps.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

L'école primaire de St-Eugène-de-Guigues

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Elle a enseigné à ses élèves de la première année que chaque geste posé au quotidien peut faire une différence pour la planète.

À la maison, de ne pas ouvrir les lumières pour rien. De faire attention à cela et de se demander si j'ai vraiment besoin d'un écran aujourd'hui, souligne l'enseignante de première année.

Un geste pour la planète

Les élèves, excités, ont compris l'importance d'une journée sans électricité.

On n'avait pas le droit d'utiliser les affaires électroniques. C'était quand même cool! Dans le vestiaire c'était plus noir, raconte Louis-Charles Goupil.

Il y avait encore de l'électricité, mais nous on voulait prendre soin de la Terre donc on n'en a pas pris. Toute l'école n'en a pas pris et même notre classe, ajoute Elie-Rose Neveu.

Avec quelques degrés Celsius au-dessus de la barre du zéro, le personnel enseignant a décidé de conserver le chauffage à l'intérieur de l'école.

Abitibi–Témiscamingue

Éducation