•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Disparition d’une mère et de sa fille : la police de Calgary fait le point sur l’enquête

Montage photo de Jasmine Lovett, à droite, et sa fille de 22 mois  Aliyah Sanderson à gauche.

Jasmine Lovett, à droite, et sa fille, Aliyah Sanderson, ont disparu depuis le 16 avril 2019.

Photo : Services de police de Calgary

Radio-Canada

Selon le Service de police de Calgary, le principal suspect dans la disparition de Jasmine Lovett, 25 ans, et de sa fille de 22 mois, Aliyah Sanderson, aurait pu brûler les preuves de son crime.

« L’enquête, qui en est à son sixième jour, a révélé que le principal suspect a acheté des produits qui pourraient avoir été utilisés pour une destruction [de preuves] », a annoncé lundi le sergent Martin Schiavetta, de l'unité des homicides du service de police de la ville.

Il a alors lancé un appel à témoins pour tenter de trouver les lieux du possible incendie.

Les policiers recherchent également un véhicule gris de type VUS utilisé dans cette affaire et qui pourrait avoir été aperçu dans la région de Kananaskis, entre le 16 et le 20 avril.

Se basant sur des informations reçues grâce aux tours de transmission cellulaire, les policiers ont concentré la recherche des deux corps dans les environs de Bragg Creek, Elbow Falls, et Priddis, dans la région de Kananaskis, à l’ouest de Calgary.

« Nous ne connaissons toujours pas la nature exacte de la relation entre le suspect, la jeune femme et sa fille, mais nous pouvons dire qu’il ne s’agissait pas d’un acte aléatoire », souligne le sergent de police.

Nous pensons que cet homicide était ciblé.

Martin Schiavetta, sergent de l'unité des homicides du Service de police de Calgary.

Mauvaises conditions climatiques

Malheureusement, la tempête de neige de ce week-end a beaucoup ralenti les recherches. À ce jour, aucun enquêteur n’a pu retourner dans la région de Kananaskis, faute d’une météo suffisamment clémente.

« La zone géographique et la faune sont des difficultés qui s’ajoutent à l’amas de neige, mais nous espérons pouvoir aller bientôt à nouveau sur le terrain », précise Martin Schiavetta.

Le service de police ne peut confirmer l’identité du suspect, du fait de l’enquête en cours. Par ailleurs, aucune accusation n’a, pour le moment, été déposée contre l’individu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !