•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La pénurie de main-d'oeuvre aide les chercheurs d'emplois judiciarisés

Saguenay embauche des personnes judiciarisées pour certains types d'emplois.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Autour de 10 % de la population québécoise a un casier judiciaire, selon des chiffres fournis par le Comité consultatif sur la clientèle judiciarisée adulte. Pour ces quelque 800 000 personnes, dénicher un emploi peut être complexe.

Toutefois, en raison de la pénurie de main-d’œuvre, les employeurs seraient plus flexibles en matière d'embauche, ce qui rendrait la tâche plus facile pour les personnes à la recherche d’un emploi.

Saguenay embauche des personnes judiciarisées pour certains types d'emplois.

Un poste où on sait que la personne sera avec des jeunes, si elle a été accusée pour des gestes de nature sexuelle, à ce moment-là, ça pourrait être au niveau des usines, du transport et tout ça. On a cette possibilité, à la ville, d'avoir différents services, différents milieux.

Marie-Hélène Lafrance, porte-parole, Saguenay

L’avocat Jean-Marc Fradette explique que les besoins sont criants dans des domaines manuels. Les entreprises recherchent notamment des mécaniciens, des plâtriers et des cuisiniers.

En manque d'employés dans ces domaines-là, ils sont obligés de plier et d'engager des gens avec des casiers judiciaires, ce qui veut dire que nos clients qui ont des problèmes judiciaires se voient ouvrir des portes qui, avant, se fermaient dès qu'ils avaient des casiers, surtout en matière de fraude, de conduite automobile et de violence. On n’était pas porté à les engager, explique Jean-Marc Fradette.

Les employés ne sont pas placés dans des situations où ils pourraient commettre l'infraction pour laquelle ils ont plaidé coupable.

En matière de fraude, les compagnies les engagent quand même, mais on va les mettre dans un couloir de travail qui fait qu'ils n’auront pas accès à des sommes d'argent ou à des cartes de débit.

Jean-Marc-Fradette, avocat-criminaliste

Le Service Relance d’Emploi-Québec, qui détient six points de service au Saguenay-Lac-Saint-Jean, aide la clientèle judiciarisée à se trouver un emploi. L'an dernier, 325 personnes ont eu recours aux services de l’organisme. De ce nombre, 63 % se sont trouvé du travail.

Une femme de dos en train de faire un changement d'huile.

Selon l'avocat Jean-Marc Fradette, les besoins sont criants dans domaines comme la mécanique et la cuisine.

Photo : Radio-Canada

Le travail est un des facteurs qui permet le plus l'intégration au sein d'une société. La reconnaissance, l'estime de soi, la possibilité aussi de subvenir à ses besoins. Je pense que la meilleure lutte contre la récidive ou la criminalité, c’est la réinsertion et donner une chance aux personnes. Des chances, il y en a parce qu'on est en pleine pénurie de main-d’oeuvre, note Yan Chantrel, coordonnateur au Comité consultatif sur la clientèle judiciarisée adulte.

Les employeurs peuvent eux-mêmes s'inscrire pour accueillir de la clientèle judiciarisée auprès du service La Relance.

À l’échelle nationale, il est estimé que 4 millions de personnes, soit l'équivalent de 14 % de la population canadienne, ont un casier judiciaire.

D'après le reportage de Mélissa Savoie-Soulières

Saguenay–Lac-St-Jean

Emploi