•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près d’un an de retard pour le chantier du Grand Théâtre

Un mur du Grand Théâtre de Québec sur lequel est fixée l’armature en métal qui supportera les panneaux de verre.

L’installation de la structure d’acier devant supporter les panneaux de verre s’est avérée plus complexe que prévu.

Photo : Radio-Canada / Raymond Routhier

Radio-Canada

Les travaux de construction d'une paroi de verre autour du Grand Théâtre de Québec cumulent presque un an de retard.

Annoncé en 2017, ce projet de 30 millions de dollars financé par le gouvernement provincial vise à prévenir la dégradation des murs de béton du bâtiment inauguré en  1971.

L’installation de la paroi de verre devait être terminée à l'automne 2018, mais les retards se sont accumulés en raison, notamment, de la complexité architecturale du projet.

C'est l'installation des poutres d'acier, sur lesquelles reposeront les panneaux de verre, qui a entraîné plus de défis que prévu.

Écarts de température

Le chef du service de l'immeuble au Grand Théâtre, Albani Boudreau, explique qu’il a fallu trouver une façon de composer avec la sensibilité de la structure d’acier aux écarts de chaleur.

« Il a fallu développer une méthode en fonction de la température; il fait beau, il ne fait pas beau, c’est nuageux, il fait soleil, il fait plus 20 degrés ou il fait moins 20, ainsi de suite […] L’acier réagit à la température, au soleil ou à l’ombre, si on veut », indique M. Boudreau.

Maquette de l'enveloppe de verre qui sera construite autour du Grand Théâtre.

Maquette de l'enveloppe de verre qui sera construite autour du Grand Théâtre.

Photo : Grand Théâtre de Québec

Le même problème s’est présenté aux quatre coins de l’édifice, puisque l'armature en acier est beaucoup plus élaborée à ces endroits. Il a fallu presque cinq mois pour trouver une solution.

Budget respecté

L’installation de la paroi de verre devrait être terminée en juillet, tandis que l’aménagement paysagé sera terminé à l’automne, soit un an après l’échéancier initial.

Le retard du projet n’entraînera toutefois pas de dépassement de coûts.

« C’est un montant forfaitaire. C’est un projet clé en main avec [l'entrepreneur] Pomerleau. Donc, on paye à Pomerleau le même montant qui était prévu. C’est la beauté de la chose », mentionne Albani Boudreau.

Avec les informations d’Alexandre Duval

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Théâtre