•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un écocentre mobile à Québec dès le mois de mai

Un bric-à-brac de pièces et d'appareils électroniques usés.

Les déchets électroniques font partie des matières résiduelles récupérées par les écocentres mobiles.

Photo : Getty Images / Sascha Schuermann

Jean-François Nadeau

La Ville de Québec souhaite recycler, d'ici 10 ans, 82 % des matières résiduelles sur son territoire. Pour y arriver, elle lance un projet pilote d'écocentre mobile.

Présentement, 54 % des matières résiduelles sont recyclées à Québec. L'écocentre mobile sera destiné aux quartiers centraux, où plusieurs résidents n'ont pas de voiture ou n'ont pas suffisamment de matières résiduelles pour justifier un déplacement vers les écocentres permanents.

L'écocentre mobile va récupérer des objets manipulables par une seule personne.

« On parle des piles, des ampoules fluocompactes, les peintures, les solvants, les huiles et tout ce qui est déchets d'équipements électroniques et électriques », illustre le chef d'équipe de la Division des matières résiduelles de la Ville de Québec, Mathieu Fournier.

« Le réflexe est trop souvent d'envoyer ces matières à l'élimination et par le fait même, à l'incinérateur. Ces matières peuvent causer du tort à l'environnement si elles sont incinérées. Elles peuvent aussi endommager les équipements, ce qui occasionne des coûts supplémentaires que nous assumons tous », ajoute la conseillère municipale responsable de l'environnement, Suzanne Verreault.

Interruptions coûteuses

Chaque arrêt de production de l'incinérateur coûte à la Ville de Québec 4000 $ l'heure. Les matières dangereuses incinérées augmentent aussi la pollution provoquée par l'incinérateur.

« Ce sont tous ces petits objets-là qui font que des fois, il y a des dépassements à l'incinérateur. Ce n'est pas la combustion qui produit les dépassements. C'est souvent la matière qu'on met à l'incinérateur », souligne Suzanne Verreault.

L'écocentre mobile sera déployé huit jours, soit quatre au printemps et quatre à l'automne. Le coût du projet-pilote est évalué à 200 000 $.

Si l'initiative est jugée efficace, l'écocentre mobile pourrait être déployé plus souvent et dans de nouveaux quartiers l'an prochain.

Calendrier des sorties printanières de l'écocentre mobile :

  • 18 mai, Vieux-Limoilou : stationnement de l’église Saint-Fidèle
  • 25 mai, Saint-Roch : stationnement de l’immeuble Olymbec
  • 8 juin, Saint-Jean-Baptiste : stationnement du Grand Théâtre de Québec
  • 22 juin, Saint-Sacrement : terrain des Loisirs Saint-Sacrement

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Matières résiduelles