•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une sculpture pour aider Fort McMurray à « renaître de ses cendres »

Ruth Perry, une jeune femme aux cheveux noirs, est debout dans un jardin, une main posée sur un grand arbre en acier.

Ruth Perry a sculpté un arbre de 230 kilos pour souligner le troisième anniversaire des feux de Fort McMurray.

Photo : CBC / Jamie Malbeuf

Radio-Canada

Trois ans après les feux qui ont dévasté Fort McMurray, plusieurs habitants ont encore de la difficulté à parler ouvertement de cette épreuve. Une artiste locale espère les guider sur le chemin de la guérison grâce à une nouvelle sculpture dans le jardin communautaire du centre-ville.

Les habitants de Fort McMurray sont invités à déposer les clés de leur maison brûlée dans le trou d’un nouvel arbre de 230 kilos qui trône dans le jardin communautaire du centre-ville de Fort McMurray. Son tronc et ses branches sont faits d’acier inoxydable, et ses feuilles, réalisées en cuivre, verdiront lorsqu’elles s’oxyderont.

« L’arbre se nomme Phénix, donc c’est à propos de l’idée de renaître de ses cendres », explique l’artiste à l’origine de la sculpture, Ruth Perry.

Sa création commémore les feux qui ont détruit des centaines de maisons de Fort McMurray en 2016.

En tant que travailleuse de soutien au YMCA, Ruth Perry a remarqué que plusieurs gens éprouvaient toujours de la difficulté à parler de l'événement, trois ans après le drame. Elle souhaite que son œuvre catalyse les conversations à ce sujet.

« Plus [les gens] sont à l’aise de parler de leurs pertes [....] plus ils sont avancés dans le processus de guérison, d'habitude », observe-t-elle.

Selon elle, la population ne lutte pas seulement pour surmonter les pertes matérielles, mais aussi pour faire le deuil des gens qui ont quitté la communauté et des relations qui se sont effondrées pendant ces périodes difficiles.

Elle-même a perdu sa maison, qu’elle avait achetée à son père.

On ne pense jamais pouvoir perdre tout ce qu'on a obtenu après un travail acharné.

Ruth Perry, artiste

Elle affirme qu'il était difficile pour elle de créer quoi que ce soit pendant un certain temps. Un an après les feux, elle a commencé à créer des œuvres qui lui permettaient d'exprimer son expérience. Elle raconte que la création de l’arbre l’a aidée à avancer sur le chemin de la guérison et qu’elle est soulagée de l’avoir achevée.

Au cours de la cérémonie d’inauguration prévue vendredi, elle déposera les clés de sa maison détruite dans l’arbre.

« Je suis émue en regardant les clés de mon ancienne maison », dit-elle.

La sculpture est au milieu d'un jardin qui ressemble à un parc. Une maisonnette pour enfants et un cabanon se trouvent d'un côté. Une table à pique-nique se trouve derrière.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les feuilles de l'arbre, faites en cuivre, vont s'oxyder et verdir au cours du temps.

Photo :  CBC/Craig Chivers / Jamie Malbeuf

Les autres habitants seront invités à suivre son exemple au cours des prochaines semaines. Elle planifie ensuite de sceller le trou jusqu’à l’an prochain.

Ruth Perry estime que la sculpture a coûté environ 30 000 $. Le YMCA a payé pour les frais de main-d'oeuvre, alors que des entreprises locales ont offert des rabais sur les matériaux et les installations dont elle avait besoin.

La cérémonie d’inauguration est prévue vendredi de 16 h à 19 h.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Incidents et catastrophes naturelles

Arts