•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Il faut redéfinir ce que sont les zones inondables », dit Legault

Plus de 2500 résidences ont été évacuées d'urgence à Sainte-Marthe-sur-le-Lac à la suite de la rupture d'une digue, samedi soir.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

« C'est sûr qu'il n'est pas question de permettre de nouvelles constructions dans les zones inondables. Il faut redéfinir ce que sont les zones inondables. C'est ce qu'on va faire », a lancé le premier ministre du Québec, lundi, devant l'ampleur des dégâts causés par les inondations qui ravagent certaines régions de la province.

De passage à Maskinongé, en Mauricie, François Legault s'est d'abord réjoui du beau temps, lundi après-midi. Avec une autre belle journée mardi, a-t-il dit, cela permettra aux Québécois aux prises avec un niveau élevé de l'eau de souffler un peu.

« Je veux rassurer les gens de la région, autour du lac Saint-Pierre, le pire est derrière nous. Ça peut prendre un certain temps, mais la situation va s’améliorer », a-t-il ajouté.

Par contre, le premier ministre ne se fait pas d'illusions. Il va falloir prendre acte, a-t-il dit, d'une situation qui n'ira pas en s'améliorant. À Sainte-Marthe, par exemple, où une digue a cédé samedi, « il y a une partie [de la ville] qui est plus basse, un peu comme une piscine ». « Dans ce coin-là, je pense qu’il va falloir arriver à la conclusion qu’on déménage les gens », a dit François Legault lundi.

Pour l'instant, par contre, le premier ministre se veut rassurant, expliquant que le niveau de l'eau, en Mauricie, ne montera plus. Pour la suite, il « faut se poser des questions ».

François Legault était de passage en Mauricie, lundi, afin de rassurer les riverains. « Le pire est derrière nous », a-t-il dit à l'intention des gens qui habitent près du lac Saint-Pierre.

François Legault était de passage en Mauricie, lundi, afin de rassurer les riverains. « Le pire est derrière nous », a-t-il dit à l'intention des gens qui habitent près du lac Saint-Pierre.

Photo : Radio-Canada

Legault promet de faire bouger les choses

En fin d'après-midi, à Nicolet, François Legault a tenu à rappeler aux citoyens touchés par les inondations la mise sur pied d'un nouveau programme d'indemnisation qui permettra aux sinistrés de toucher jusqu'à 100 000 $ pour remettre leur maison en état ou encore jusqu'à 250 000 $, en incluant le terrain, à ceux qui sont régulièrement inondés et qui voudraient s'établir ailleurs.

Reconnaissant que lors des inondations de 2017, le gouvernement de l'époque a mis beaucoup de temps à verser les indemnisations aux sinistrés, le premier ministre Legault s'est engagé à faire en sorte que les chèques leur parviennent beaucoup plus rapidement cette année.

On va s’assurer surtout que le programme soit appliqué plus rapidement. [...] Moi, j’ai demandé que, rapidement, on soit capable de faire un estimé des dégâts et que les chèques commencent à sortir rapidement.

François Legault, premier ministre du Québec

« J’ai demandé à la ministre de la Sécurité publique de s’assurer que tous les cas soient gérés rapidement et qu’au moins, dans les prochaines semaines, on soit capable de dire aux gens : "Voici combien vous allez avoir", et commencer à débourser. [...] En Beauce, ça a commencé à baisser depuis une semaine et déjà on a commencé à émettre des chèques », a assuré le premier ministre.

Outre l'aide versée aux sinistrés, François Legault a aussi expliqué qu'une réflexion s'amorce à Québec sur les façons d'éviter de telles situations chaque printemps. « Du côté des infrastructures, on va être ouverts à toutes les idées », a déclaré M. Legault en ajoutant qu'il est possible de monter des murets, des digues, mais aussi des rues, au besoin.

Une lente décrue

Après une fin de semaine qui n'a fait qu'aller de mal en pis, le niveau des rivières semble par ailleurs s'être stabilisé, lundi, même si des milliers de citoyens sont toujours touchés par les inondations au Québec, dans l'Est ontarien et au Nouveau-Brunswick.

Et selon la ministre de la Sécurité publique du Québec, les riverains n’ont pas fini de patauger dans l’eau. En faisant le point sur la situation lundi matin, Geneviève Guilbault a dit vouloir préparer les citoyens à cette éventualité.

La décrue des eaux un peu partout au Québec va être très lente.

Geneviève Guilbault, ministre de la Sécurité publique

Affirmant cependant qu’une « phase très critique est déjà derrière nous », la ministre a fait le bilan du nombre de Québécois touchés par la crue printanière.

Ainsi, le nombre de personnes évacuées au Québec était de 10 149 lundi à 18 h 30, le nombre de maisons inondées de 6681 et le nombre de maisons isolées de 3458.

Mme Guilbeault a également fait le point sur la situation à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, dont a aussi parlé son patron, François Legault, en après-midi. Dans cette municipalité, la rupture d'une digue samedi soir a fait bondir le nombre de sinistrés, le tiers de la population de la ville ayant été évacué, soit 6000 personnes.

Selon la ministre, la construction de deux digues depuis les événements a permis de faire diminuer le niveau de l’eau qui s'était répandue dans la municipalité. Elle indique toutefois que les autorités continuent d'être particulièrement vigilantes.

Plus de 1000 militaires sont déployés au Québec actuellement, en fonction des priorités établies par la Sécurité publique. Ceux-ci « répondent très efficacement », assure la ministre.

D'une région à l'autre

Au total, 6854 personnes ont été évacuées dans les Laurentides, région dans laquelle Saint-Marthe est incluse, et 3982 maisons sont inondées.

Inquiètes des événements survenus à Sainte-Marthe, les autorités municipales de Pointe-Calumet, toute proche, ont annoncé lundi qu’une membrane sera posée « à titre préventif » au sommet de la digue végétale située à l’est de la ville afin de l’imperméabiliser et de la protéger contre l’effet des vagues. La Municipalité mentionne toutefois que « la base de la digue demeure solide ».

L’autre région particulièrement touchée par la crue des eaux est l’Outaouais avec 2417 personnes évacuées.

Le ministre responsable de la région, Mathieu Lacombe, y était d'ailleurs de passage lundi, dans le village de Saint-André-Avellin. Il a voulu lancer un message à ses concitoyens.

Respectez les consignes de sécurité, c’est important. […] Il y a des gens qui défient les mesures de sécurité qui sont en place, qui bougent même des barrières de sécurité, notamment pour emprunter des ponceaux, et c’est dangereux.

Mathieu Lacombe, ministre responsable de l'Outaouais

À Saint-André-Avellin, le nombre de personnes évacuées est de 207, et bien que la situation se soit stabilisée, on surveille la fonte des neiges plus au nord. À Gatineau, près de 1400 personnes ont été évacuées, et le nombre de maisons inondées est de 559.

À Montréal, la Ville a prolongé l’état d’urgence jusqu’à jeudi, en raison des inondations qui frappent les arrondissements de Pierrefonds-Roxboro et de L'Île-Bizard–Sainte-Geneviève. L'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville est aussi menacé par les eaux.

Pour l’instant, 133 maisons sont inondées à Montréal et 235 personnes ont été évacuées.

Un garage et des voitures sont entourés d'eau.

Inondation à Montréal

Photo : Radio-Canada / Vincent Resseguier

À Laval, la situation est stable pour le moment, mais l’eau devrait monter un peu dans les prochains jours. Tout de même, les résidents de l'archipel des Îles-Laval, qui comprend quatre îles, sont dans une situation difficile. Le seul pont qui les relie au reste de la ville est d’ailleurs fermé depuis jeudi.

Si le pire est passé pour certaines municipalités, d'autres surveillent encore le niveau des cours d'eau, comme en Mauricie, où on observe de près le niveau du lac Saint-Pierre.

Près d'une quarantaine de villes et municipalités du Québec et de l'Ontario sont toujours sous le coup de l'état d'urgence, dont 25 en Outaouais et dans l'Est ontarien.

Au Nouveau-Brunswick, après 10 jours à lutter contre la crue printanière, plus de 1000 personnes ont été évacuées, selon la Croix-Rouge, et 437 domiciles ont été inondés.

Dans d'autres municipalités, l'heure est maintenant au nettoyage.

Un fonds a été lancé pour venir en aide aux personnes sinistrées. Pour faire un don, vous pouvez communiquer au 1 800 418-1111 ou le faire sur le site web de la Croix-Rouge.

Les personnes touchées par les inondations peuvent communiquer avec la Croix-Rouge du lundi au dimanche, entre 9 h et 21 h, en composant le 1 800 863-6582 ou s’inscrivant en ligne (Nouvelle fenêtre).

Réseau routier sous pression et des écoles fermées

L'eau tumultueuse atteint presque le tablier du pont.

Le pont Union qui relie Ottawa et Gatineau est fermé à la circulation.

Photo : Radio-Canada

Les conséquences de cette montée des eaux risquent de compliquer l'aller et le retour au travail de beaucoup de personnes.

Une vingtaine d’écoles réparties dans sept commissions scolaires ont fermé leurs portes lundi matin en raison des inondations. Le transport scolaire dans les municipalités de Pointe-Calumet et de Sainte-Marthe-sur-le-Lac est également suspendu.

Incidents et catastrophes naturelles

Environnement