•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rupture d’une digue : 6000 personnes évacuées à Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Une femme marche les bras dans les airs dans une rue inondée.

Les sinistrés de Sainte-Marthe-sur-le-Lac sont sous le choc dimanche matin, au lendemain de la rupture d'une digue sur le lac des Deux Montagnes.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Quelque 2500 résidences ont été évacuées à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, après la rupture d'une digue sur le lac des Deux Montagnes samedi soir. Cela représente environ 6000 personnes, soit environ le tiers de la population de cette ville des Laurentides.

La rupture de la digue végétale naturelle samedi soir a forcé une première évacuation de 700 à 800 résidences situées de la 20e à la 27e Avenue.

Par la suite, dans la nuit, la Municipalité a déclaré l'état d'urgence et ordonné l'évacuation des secteurs de la 1re Avenue à la 20e Avenue au sud du chemin d’Oka, ainsi que de la 20e Avenue à la 45e Avenue au sud de la rue Louise.

« Une brèche entre 50 et 75 pieds s'est formée dans la partie végétale de la digue au bout de la 27e Avenue », a expliqué la mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Sonia Paulus.

Très rapidement, le secteur sous les eaux s'est étalé sur environ quatre kilomètres de long et un demi-kilomètre de large.

Carte de la zone évacuée à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Environ le tiers de la ville de Saint-Marthe-sur-le-Lac a été évacué.

Photo : Radio-Canada

En tout, quelque 200 policiers ont aidé à évacuer les résidents en fin de soirée samedi, assistés par les Forces armées canadiennes.

« Quelle chance que les bénévoles étaient là, a lancé la mairesse en entrevue sur les ondes de RDI. Si ça s'était arrivé à 3 h du matin ou dans la nuit, c'est certain qu'il y aurait eu tout un désastre. »

Évacuation en panique

Une voiture inondée par l'eau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les sinistrés ont du rapidement quitter le secteur après que la digue ait cédé.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Jeudi dernier, le barrage de la Chute-Bell menaçait déjà de céder et une alerte avait alors été envoyée. Cela n'a pas été le cas à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

« L'information s'est transmise rapidement [hier soir], donc des ressources ont été mobilisées rapidement et on a pu procéder à des évacuations. Quand on fait un "Québec En Alerte", l'impact est moins ciblé, donc ça peut alerter inutilement des gens autour qui ne sont pas forcément concernés. Comme tout s'est organisé rapidement hier, il n'y avait pas lieu, à notre sens, d'utiliser un "Québec En Alerte" », a expliqué la ministre de Sécurité publique, Geneviève Guilbault, lors d'un point presse dimanche.

Un homme avec une lampe de poche dans son sous-sol inondé. Il a de l'eau plus haut que la taille.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les sinistrés de Sainte-Marthe-sur-le-Lac sont sous le choc dimanche matin. Le sous-sol de Jonathan Brassard-Guay a été complètement inondé.

Photo : Ivanoh Demers

Un résident qui habite depuis 40 ans sur la 24e Avenue a témoigné de la vitesse à laquelle il a dû prendre la fuite. « À 19 h, j’étais supposé commencer à manger, mais on nous a dit d’évacuer. L’eau a monté pied par pied. J’ai jamais vu de l’eau monter de même », a-t-il expliqué.

Cet homme, qui demeure à environ 300 mètres du lac, affirme qu’en 45 minutes l’eau était rendue à la hauteur de sa maison. Questionné quant à savoir comment il allait retrouver sa maison, l’homme a répondu que le plus important était les gens et non le matériel.

« Tout le monde est en panique, personne ne pensait que la digue allait céder. Nous étions en train de souper [lorsque l'ordre d'évacuation a été donné] », a raconté un autre résident.

Une vidéo tournée à la suite de la rupture de la digue à Sainte-Marthe-sur-le-Lac (crédit : Jason Meunier)

De nombreuses personnes ont dû quitter leur domicile in extremis.

On n'a pas eu le temps de rien faire. L'eau montait au fur et à mesure qu'on jasait. J'ai juste eu le temps de prendre mes médicaments.

Auteur

Les autorités n'ont signalé aucun blessé ni aucun décès à la suite de cette évacuation.

Une femme parle à deux policiers de la SQ.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La résidence de la mairesse Sonia Paulhus a aussi été inondée.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Dimanche, M. Legault a rencontré la mairesse Paulus, avec qui il a discuté du déroulement des opérations. Il a remercié tous les gens qui ont réussi à évacuer toutes ces personnes en l'espace de quelques heures seulement.

« C'est presque un miracle qu'on ait été capables, entre autres, d'évacuer des gens en chaise roulante dans des pick-up, et qu'il n'y a personne de blessé. C'est presque un miracle », a répété M. Legault qui s'est montré très fier de l'élan de solidarité observé entre les Québécois.

Une rue sous plusieurs dizaines de centimètres d'eau.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les rues de Sainte-Marthe-sur-le-Lac ont été rapidement submergées d'eau.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

De plus, un avis de faire bouillir l'eau a été diffusé pour l'ensemble de la municipalité. Samedi, la Ville de Sainte-Marthe avait également demandé aux résidents de ne pas utiliser leurs toilettes jusqu’à nouvel ordre, à cause du risque de refoulement des égouts.

Cette évacuation d'urgence a surpris bien des résidents, puisque plusieurs d'entre eux avaient donné de leur temps samedi pour renforcer la digue sur la 27e Avenue avec des sacs de sable et des panneaux de contreplaqué, ainsi que pour installer des barrières sur les rues avoisinantes.

L'endroit avait été inspecté tout récemment, a affirmé Mme Paulus, puisque sa municipalité était en attente d'un certificat d'autorisation pour rehausser la digue.

La digue avait pourtant tenu en 2017 et on l'avait même surélevée au cours des derniers jours. Les gens étaient confiants.

Francis Labbé, résident et sinistré

Réparer la digue

Un camion sur un chemin de gravier à Sainte-Marthe-su-le-Lac.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

De nombreux camions ont été dépêchés à Sainte-Marthe-sur-le-Lac afin de tenter de créer des digues de gravier pour contenir les eaux.

Photo : Radio-Canada

Pour lutter contre cette infiltration massive d'eau, des travaux ont été menés dimanche sur la digue qui a cédé. Sur les images diffusées par RDI, on pouvait apercevoir des personnes apporter des sacs de sable pour tenter de reboucher le trou de la digue qui a entraîné cette inondation massive.

« Cent mille tonnes de [gravier] ont aussi été livrées afin d'aménager deux digues parallèles », a poursuivi la mairesse.

Ces deux barrages de gravier seront installés sur la 23e et la 29e Avenue et permettront aux services d'urgence de pomper l'eau aux extrémités afin de libérer un certain nombre de résidences.

Une pelle mécanique et un bulldozer installent du gravier sur des terrains inondés.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des travailleurs s'affairent à stopper l'eau en recouvrant une rue inondée avec du gravier à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Dans le centre du secteur qui restera inondé, il faudra ensuite attendre que l'eau se retire naturellement, ce qui pourrait prendre plusieurs semaines.

Mme Paulus a également précisé qu'aucun résident ne pourra réintégrer son domicile tant que l'ordre d'évacuation sera en vigueur. D'ici 48 h, les personnes évacuées pourront cependant être accompagnées jusqu'à leur domicile pour récupérer certains effets personnels, a précisé la mairesse dimanche après-midi.

Les inondations à Sainte-Marthe-sur-le-Lac en images

La Croix-Rouge appelée en renfort

Il pourrait se passer plusieurs jours, voire plusieurs semaines avant que les 6500 résidents évacués puissent rentrer chez eux, a averti la mairesse dimanche après-midi.

Deux hommes dans un canot dans une rue inondée à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

André Dehoux, résident de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, a dû lui aussi évacuer sa maison en avant-midi.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Pour donner un coup de main aux autorités, la Croix-Rouge a été appelée en renfort à Sainte-Marthe-sur-le-Lac et à Deux-Montagnes, où se trouvent deux centres d'hébergement qui accueillent les sinistrés. L'un est situé à l'aréna Olympia et l'autre au Centre de la légion royale canadienne.

« Une dizaine de bénévoles se rendent dans ce secteur pour notamment faire une analyse des besoins. Nos 4000 bénévoles sont mobilisés à travers toute la province », explique Carl Boisvert, porte-parole de la Croix-Rouge.

Des lits de camp installés dans un arénaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des dizaines de sinistrés de Sainte-Marthe-du-Lac ont dormi sur ces lits à l’aréna de Deux-Montagnes dans la nuit de samedi à dimanche.

Photo : Radio-Canada / Marie-Josée Paquette-Comeau

Selon François Legault, seulement 50 personnes parmi les 5000 évacués ont eu recours aux mesures d'hébergement temporaire mises en places par les autorités municipales. « Ça veut dire que la majorité est chez de la famille et des amis. »

M. Legault a par ailleurs invité les Québécois à être généreux, en faisant référence aux fonds de secours de la Croix-Rouge pour les inondations au Québec, pour pallier les besoins urgents des sinistrés pour des repas, des médicaments et des vêtements, entre autres pour les jeunes qui devront retourner à l'école.

Inondations : des heures difficiles pour les sinistrés de Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Avec les informations de La Presse canadienne

Conditions météorologiques

Environnement