•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouvelle manifestation à Montréal pour le climat

Plusieurs personnes brandissant des pancartes, des drapeaux ou des parapluies marchent dans une rue du centre-ville de Montréal.

Plusieurs milliers de personnes ont marché sous la pluie à Montréal pour le climat.

Photo : Radio-Canada

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des marches ont été organisées à nouveau dans plusieurs villes du monde, dont à Montréal, pour rappeler l'urgence climatique. On demande des actions concrètes au gouvernement pour protéger l'environnement.

Alors que le Québec est aux prises avec d’importantes inondations, des milliers de personnes ont marché une fois de plus dans les rues de Montréal, samedi.

Parmi les manifestants, le réalisateur Dominic Champagne, du Pacte pour la transition, rappelle que les inondations des derniers jours montrent que les changements climatiques sont déjà à l’oeuvre.

« Montréal est en état d'urgence, le premier ministre, les deux pieds dans l'eau, dit qu’il va falloir se rendre à l'évidence : nous sommes en crise climatique, d'urgence climatique, dit-il. Il faut être solidaire de ceux qui vivent aujourd'hui les impacts cruels, brutaux du climat, mais il faut se mettre aussi en mode prévention. »

« Il y a quand même quelque chose d'incroyable. C'est une des pires crises environnementales qu'on connaît dans l'histoire du Québec », ajoute le président de la CSN, Jacques Létourneau.

La sauvegarde de l’environnement, qui passe par la lutte aux changements climatiques, est sans doute la cause la plus importante pour l'humanité, mais c'est aussi le combat le plus difficile à mener, car il signifie un changement de mode de vie à l'échelle planétaire.

Générations futures

« Là, on n'est plus en train de défendre les ours polaires. Moi, je suis ici en train de défendre mes deux enfants qui ont 14 ans, estime Karel Mayrand, directeur québécois de la Fondation David Suzuki. Au moment où ils vont avoir mon âge, probablement que la planète sur laquelle on va vivre ne leur permettra pas d'avoir le niveau de vie et la qualité de vie dont je dispose aujourd'hui. »

Malgré les marches pour la planète qui se multiplient partout dans le monde, la dégradation de l'environnement se poursuit. La concentration de CO2 dans l'atmosphère a atteint son plus haut niveau depuis trois millions d'années.

« La santé environnementale et la santé humaine, c'est vraiment indissociable », rappelle Roxanne Houde, présidente des Jeunes médecins pour la santé publique.

L'augmentation de la population humaine reste l'éléphant dans la pièce, car elle entraîne forcément l'épuisement des ressources, la disparition des écosystèmes et le bouleversement du climat.

La mobilisation des environnementalistes va se poursuivre dans les prochains mois pour culminer le 27 septembre. On entend alors déclencher un mouvement de grève mondiale en faveur la planète.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !