•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des salaires à la hausse chez BRP pour attirer les travailleurs

Installations de BRP à Valcourt, en Estrie

Photo : La Presse canadienne / Graham Hughes

Radio-Canada

Pénurie oblige, BRP met les bouchées doubles pour séduire de futurs employés. L'usine de Valcourt ouvre samedi ses portes dans l'espoir d'attirer 425 nouveaux travailleurs.

L’objectif, c’est d’inviter les gens à venir visiter nos installations, explique le directeur des ressources humaines, Carl Beauparlant. On a une usine de classe mondiale qui mérite vraiment d’être visitée.

Néanmoins, avoir une usine à la fine pointe de la technologie ne suffit pas. BRP a aussi haussé ses salaires de base.

On s’est ajustés au marché. On veut demeurer un employeur compétitif dans la région. On est conscients que les gens doivent se déplacer pour venir à Valcourt.

Le salaire des assembleurs, par exemple, est passé de 15,10 $ à 17,53 $ l’heure et celui des opérateurs de monte-charge de 16,74 $ à 19,73 $. C’est quand même une augmentation significative. On offre aussi une prime d’un dollar pour ceux qui travaillent de soir, souligne-t-il.

Un service de navette est également offert aux employés. On a un transport de Sherbrooke qu’on offre aux employés. La navette part tous les jours. Il y a un léger montant à payer pour les employés, mais c’est très avantageux, avance-t-il.

L’an passé, on l’a fait et l’autobus était plein tous les soirs.

Carl Beauparlant, directeur des ressources humaines

Des mesures de rétention

Avec la mise en place de ces incitatifs, Carl Beauparlant espère non seulement attirer, mais aussi retenir les employés. L’an passé, BRP avait dû engager 700 travailleurs pour pourvoir à 325 postes.

Je pense que, cette année, on a corrigé le tir sur certains éléments, dont le salaire. Vous comprenez que quand on est positionnée au-dessus du marché, notre capacité de retenir les gens est plus élevée, note-t-il.

Mon objectif est d’avoir un taux de roulement qui se compare au marché, ce qui n’a pas été le cas l’an passé.

Carl Beauparlant, directeur des ressources humaines

La journée portes ouvertes se poursuit jusqu’à 14 h 30. Il est possible pour les candidats de faire des entrevues directement sur place.

Estrie

Économie