•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les étudiants du Cégep de Chicoutimi rejettent le projet Accès libre à 43 %

Des autobus au terminus de la STS.

Des autobus en attente au terminus de la Société de transport du Saguenay à Chicoutimi

Photo : Radio-Canada / Mélissa Savoie-Soulières

Mélissa Savoie-Soulières
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les étudiants du Cégep de Chicoutimi ont finalement dit non au projet Accès libre, qui leur offrait un accès illimité au transport en commun de la Société de transport du Saguenay (STS) moyennant 40 $ de plus sur leurs frais de scolarité.

Dans un communiqué, l'Association des étudiants et étudiantes du cégep de Chicoutimi affirme toutefois qu'elle ne lâchera pas le morceau. Sur près de 1700 répondants, 43 % se sont prononcés en défaveur du projet et 37 %, en faveur, ce qui fait dire à l'association étudiante que la marge est suffisamment mince pour être réduite.

Ainsi, l’association se donne plus de temps, compte mieux informer ses membres et veut refaire un référendum sur le sujet.

L’environnement et le transport collectif, c’est un enjeu majeur qui nous concerne tous et ce n’est que partie remise. Je suis encore certaine que le Cégep de Chicoutimi peut être un leader en ce sens à travers la province, a affirmé la responsable des affaires environnementales de l’association étudiante, Léa Turgeon-Tremblay, dans un communiqué.

De son côté, la direction du Cégep de Chicoutimi se dit prête à poursuivre le travail avec l'Association étudiante et compte continuer de faire la promotion d'Accès libre.

Le directeur général est satisfait de voir que 75 % des étudiants ont répondu à la question référendaire, mais il aurait souhaité un autre résultat.

Je ne vous cacherai pas qu’on est déçus, parce qu’on aurait bien aimé pouvoir offrir ce service-là à l’ensemble de la communauté collégiale. Mais on s’est dit que la démocratie étudiante avait parlé, mentionne André Gobeil.

Le directeur général de la STS, Jean-Luc Roberge, abonde dans le même sens.

On est satisfaits du signal qui nous est envoyé par ce référendum-là, surtout que ce sont les jeunes qui ont porté cette initiative. On va vraiment être toujours près d’eux pour initier un deuxième référendum s’il y a lieu, note-t-il.

Les étudiants de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) ont voté en faveur de ce projet l'an dernier.

Le stationnement du campus de l’UQAC a été réaménagé depuis afin de faciliter le passage des autobus. Un terminus doit aussi y être construit prochainement.

Avec Catherine Gignac

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...