•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Inondations : « Courage, on en a encore pour quelques jours », dit Legault

Des résidents installés aux abords de la rivière des Outaouais ajoutent des sacs de sable devant leur résidence.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

Radio-Canada

Pour un deuxième week-end d'affilée, des milliers de riverains du Québec, de l'Ontario et du Nouveau-Brunswick sont aux prises avec des inondations, et l'eau continue de monter à divers endroits. Sans compter que la plupart des régions situées le long de la vallée du Saint-Laurent ont reçu beaucoup de pluie au cours des dernières heures. La situation se stabilise toutefois peu à peu, a souligné le premier ministre François Legault.

De passage au siège social d'Hydro-Québec, à Montréal, pour discuter des opérations de secours avec les responsables de la société d'État, le chef du gouvernement québécois a mentionné que la crise se résorbait peu à peu dans les environs de la rivière Chaudière et en Estrie.

L'eau devrait cependant continuer de monter « au cours des deux prochains jours, de la prochaine semaine » dans la région du lac des Deux Montagnes, en Outaouais ainsi que dans les Laurentides, a souligné M. Legault.

Ce qui passe en premier, c'est la sécurité. On s'occupera ensuite des biens matériels.

François Legault, premier ministre du Québec

Toujours selon le premier ministre, il y a ainsi matière à espérer : le barrage de la Chute-Bell, près de Grenville-sur-la-Rouge, est encore dans une situation critique, mais Hydro-Québec estime que l'ouvrage résistera à la force du courant.

« C'est le pronostic pour l'instant », a dit M. Legault, qui a ajouté qu'il s'agissait présentement du seul barrage menacé par la crue des eaux.

Bilan des inondations :

  • 3584 résidences inondées
  • 3101 résidences isolées
  • 2572 personnes évacuées
  • 30 municipalités ont décrété l'état d'urgence


Source : Bilan provisoire des conséquences, Urgence Québec, le 27 avril 2019 à 19 h

Le premier ministre juge par ailleurs qu'« il y a assez de bras [sur le terrain] actuellement », et qu'il n'est donc pas nécessaire que l'armée canadienne déploie davantage de troupes dans les zones du Québec touchées par les inondations.

Aux côtés du premier ministre, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, a invité toute personne qui ressent le besoin d'obtenir du soutien psychologique ou médical à communiquer avec la ligne Info-Santé en composant le 811.

De son côté, le porte-parole de la sécurité civile du Québec, Éric Houde, a dit s’attendre à une hausse du niveau des cours d’eau samedi et dimanche, et à ce que des records soient battus cette fin de semaine au chapitre du niveau de l’eau.

« On a eu la pluie cette nuit. Dans le secteur de Gatineau, le secteur de l’ouest [de la province], on voit encore les eaux qui montent. Tout l’archipel de Montréal, les Mille Îles, [la rivière] des Prairies, le secteur de Pointe-Calumet au niveau du lac des Deux Montagnes, le lac Saint-Pierre, on voit une montée des eaux [samedi], normalement [dimanche]. […] Les vents [sont] très forts. Il va y avoir de la vague », a dit M. Houde en entrevue sur les ondes d'ICI RDI.

« Pour la Mauricie et le Centre-du-Québec, la situation est relativement sous contrôle, même chose dans la Capitale-Nationale et dans Chaudière-Appalaches. Évidemment, il y a des cours d’eau qui demeurent sous surveillance. Il faut comprendre qu’on continue de surveiller l’ensemble de la province », a déclaré la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, lors de son point de presse.

Une cinquantaine de glissements de terrain ont été répertoriés à divers endroits au Québec, a souligné Mme Guilbault.

Une voiture de la Sûreté du Québec circule sur une route inondée.

Les autorités sont toujours à pied d'oeuvre pour prêter main-forte aux sinistrés, comme ici, à Saint-André-d'Argenteuil.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Le réseau routier touché

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a confirmé tôt samedi matin la fermeture du pont Galipeault, sur l'autoroute 20, qui relie Sainte-Anne-de-Bellevue à l’île Perrot. Ce pont avait également été fermé lors des importantes crues printanières de 2017. Le MTQ a annoncé que la circulation était détournée par les autoroutes 30 et 40, mais il a du même souffle invité les automobilistes à éviter ce secteur.

Outre le pont Galipeault, le réseau routier provincial compte une quarantaine de tronçons fermés, dont le pont qui mène à l'île Bigras, à Laval, et le pont entre Vaudreuil-Dorion et l'île Cadieux.

Dans le secteur de Saint-Jérôme, une portion de la route 117 est fermée entre l’autoroute 50 et l’autoroute 15. De plus, la route 158 est fermée entre le chemin Saint-Simon et l'autoroute 15 dans le secteur de Saint-Colomban.

À Ottawa, les autorités fédérales fermeront dès dimanche le pont Chaudière, qui surplombe la rivière des Outaouais, en raison du trop haut niveau et débit de l'eau.

Le pont Galipeault.

Le pont Galipeault de l'autoroute 20 qui relie L'Île-Perrot et l'île de Montréal est fermé à la circulation depuis samedi.

Photo : Radio-Canada / Conrad Fournier

Évacuations et état d'urgence dans la région montréalaise

En soirée samedi, les autorités de Sainte-Marthe-sur-le-Lac ont confirmé qu'une digue à la hauteur de la 27e Avenue avait cédé. Un parc de maisons mobiles a été touché et des évacuations ont été effectuées par les policiers.

Samedi après-midi, le directeur du Service de police de Laval, Pierre Brochet, a ordonné l'évacuation de 22 résidences de la rue Comtois, sur l'île Verte. D'autres évacuations pourraient s'ajouter au cours des heures à venir et des prochains jours. L'eau devrait atteindre son niveau maximum mardi ou mercredi, selon M. Brochet.

Des digues de sacs de sable.

Les digues érigées sur les berges de la rivière des Prairies dans l'arrondissement de Pierrefonds-Roxboro tiennent bons pour le moment mais l'eau continue de monter.

Photo : Radio-Canada / Conrad Fournier

À Montréal, la mairesse Valérie Plante a parlé d'une « situation stable ». Selon les autorités, une centaine de maisons ont été inondées ou sont menacées par la montée des eaux, principalement dans l'ouest de l'île, y compris à Pierrefonds.

En Outaouais, les autorités ont procédé samedi à l’évacuation d’une résidence pour aînés à Saint-André-Avellin : 92 personnes âgées ont été forcées de quitter leur logement. Le village est actuellement scindé en deux en raison de la crue printanière.

Lors d'un point de presse tenu en matinée, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a cependant dit entrevoir « une stabilisation possible des cours d’eau » en Outaouais avec la fin des précipitations.

Pour les régions de Montréal, Laval, Laurentides, Lanaudière, on surveille plus particulièrement, évidemment, plusieurs secteurs, mais plus particulièrement le lac des Deux Montagnes et Pointe-Calumet.

La ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault
De l'eau, une digue, des sacs de sable et des travailleurs les pieds dans l'eau sur une rue de Laval.

Des travailleurs stabilisent une digue sur une rue dans le quartier Laval-Ouest.

Photo : Radio-Canada / Vincent Resseguier

Dans la baie de Rigaud, le niveau de la rivière des Outaouais était légèrement en hausse samedi après-midi, à 24,88 m. Son niveau était de 24,82 m vendredi. Selon le directeur intérimaire du Service de sécurité incendie de Rigaud, Daniel Boyer, le niveau pourrait atteindre 25,15 m dimanche ou lundi et ainsi dépasser celui de la crue de 2017.

À Pointe-Calumet, les militaires déployés s’affairent à rehausser la digue afin d’éviter que l’eau du lac des Deux Montagnes inonde les propriétés riveraines. La mairesse Sonia Fontaine a mentionné sur les ondes d'ICI RDI que seulement 25 % de la digue avait été protégée. Elle a ajouté que la cadence allait s’accélérer samedi. Environ 2000 résidences sont menacées par la crue des eaux.

De l'autre côté du lac des Deux Montagnes, en Montérégie, Vaudreuil-Dorion a déclaré l'état d'urgence samedi après-midi.

Plus au nord, la région de Québec est maintenant à l'heure du nettoyage, même si de fortes précipitations sont attendues samedi.

Le premier ministre rencontre les sinistrés d'Ottawa

Le niveau de la rivière des Outaouais est monté de 15 à 19 cm au cours des dernières 24 heures à Gatineau. La crue devrait y être plus importante que celle de 2017.

Les autorités s’attendent à ce que dans certains secteurs d’Ottawa, le niveau de la rivière dépasse de 50 cm celui enregistré il y a deux ans. Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, s'est rendu à Constance Bay, dans l'ouest d'Ottawa, samedi, pour constater les conséquences des inondations et prêter main-forte aux sinistrés.

Plusieurs zones de ce quartier devaient être évacuées samedi.

L’eau y monte à un point tel qu’elle submerge la route qui mène à l’usine de traitement des eaux, ce qui cause un casse-tête pour les autorités.

Plusieurs personnes avec des pelles remplissent des sacs de sable.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau a aidé les bénévoles d’Ottawa dans secteur Constance Bay à remplir des sacs de sable.

Photo : Radio-Canada / Laurie Trudel

À Bracebridge, au nord de Toronto, plus de 40 mm de pluie sont tombés vendredi, ce qui n'aide en rien la situation dans la municipalité déjà durement touchée par des inondations.

Samedi, le maire Graydon Smith a réclamé l'aide de l'armée.

« Ce soir, nous serons en contact avec les Forces armées pour demander l’aide d’un petit groupe de réservistes afin de nous aider à remplir des sacs de sable et de nous appuyer à procéder à des évacuations si besoin », a-t-il déclaré.

Des militaires seront donc déployés dès dimanche pour assister les autorités municipales.

Toujours le long de la rivière des Outaouais, à l'ouest d'Ottawa, la Municipalité de Laurentian Valley a elle aussi déclaré l'état d'urgence, samedi soir. L'administration a annoncé sur son site web mettre du sable et des sacs à la disposition des citoyens et des entreprises, et demande d'éviter autant que possible les secteurs déjà inondés, y compris les routes.

L’eau recule dans le sud-ouest du Nouveau-Brunswick

Un tronc d'arbre dans un stationnement

À Fredericton, le recul des eaux laisse sur son passage des débris de toutes tailles.

Photo : Radio-Canada / Alain Arseneau

Lueur d'espoir au Nouveau-Brunswick, où le niveau du fleuve Saint-Jean, qui est sorti de son lit, a quelque peu baissé depuis vendredi.

À Fredericton et à Saint-Jean, le fleuve est descendu de 20 cm entre vendredi et samedi matin. Les communautés de Jemseg, Maugerville, Grand Lake et Oakpoint, toutes touchées par les inondations, ont vu les eaux baisser de 15 cm également. Le fleuve Saint-Jean demeure au-dessus du seuil d’inondation, mais l’eau devrait descendre tout au long de la journée, assure l’Organisation des mesures d’urgence du Nouveau-Brunswick.

« Les nouvelles sont bonnes », affirme de fait le porte-parole de l'organisation, Jeffrey Downey.

« On va savoir après la fin de la pluie, mais pour le moment, ç’a l’air que le pire est passé. »

Conditions météorologiques

Environnement