•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écoulements toxiques : aucune accusation ne sera portée contre Vale

Une pelle mécanique creuse un réservoir.

Vale construit actuellement un réservoir dans ses amas de scories, dans le cadre d'un nouveau système conçu pour mieux contenir le ruissellement. La construction devrait se poursuivre jusqu'en 2020.

Photo : Vale

Radio-Canada

Après des années d'enquête sur les écoulements dangereux provenant des amas de scories de la minière Vale, Environnement Canada ne portera aucune accusation.

Ce printemps, Vale a commencé à construire un nouveau réservoir et un nouveau système de drainage, conçus pour mieux retenir les eaux de ruissellement provenant des collines de résidus miniers, lors de la fonte printanière.

La scorie est un sous-produit issu de la fusion et du traitement de métaux.

Ces résidus toxiques sont déversés à l’aide de petits chariots sur rails le long du chemin Big Nickel Mine.

Les résidents de l’ouest de Sudbury ont été avisés du dynamitage et on s’attend à ce que les travaux se poursuivent jusqu’en 2020.

Un tuyau de drainageAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Un tuyau de drainage installé par Vale près des collines de scories du Grand Sudbury.

Photo : CBC / Erik White

Dans une déclaration aux médias, l’entreprise affirme avoir pris conscience du problème d’écoulements pour la première fois en 2012.

Elle dit avoir pris des mesures immédiates pour contenir et détourner les eaux dangereuses.

Il est important de noter qu’à aucun moment la communauté n’a été en danger, soutient la minière. Les cours d’eau affectés n’étaient pas des sources d’eau potable.

La déclaration mentionne également que bien avant cet incident, des études techniques étaient en cours pour mieux contenir les écoulements des amas de scories.

Aucune explication d’Environnement Canada

Environnement Canada a refusé les demandes d’entrevue de CBC News et n’a pas expliqué sa décision.

Dans un communiqué, l’agence fédérale dit qu’elle avait commencé à enquêter sur les eaux contaminées qui proviennent des amas sudburois après avoir reçu une plainte en 2012.

Un train sur une colline qui déverse du métal en fusion.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les déversements de scories sont en quelque sorte les déchets qui restent une fois le minerai traité.

Photo : Vale

L’agence a alors ordonné à Vale de prendre des mesures immédiates.

La minière a ensuite déposé un rapport détaillant les mesures prises pour éviter les fuites, révèle Environnement Canada.

Depuis, elle est aussi tenue de tester les cours d’eau avoisinants et de publier les résultats tous les trois mois.

N’empêche qu’en 2015, des documents judiciaires ont été déposés dans le but d’obtenir un mandat de perquisition dans les bureaux de Vale.

Ces documents allèguent que quelqu’un a découvert de la mousse verte qui contenait des niveaux élevés de nickel et d’autres métaux dans un ruisseau près des amas de scories du chemin Big Nickel Mine.

Selon les documents, la société minière était au courant du ruissellement toxique depuis 1997, mais les représentants de Vale n’auraient pas coopéré lorsque les enquêteurs du gouvernement ont communiqué avec eux.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Pollution

Environnement