•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La démolition de l'hôtel de ville de Compton devrait s'amorcer en juin

L'hôtel de ville de Compton, en Estrie.
L'hôtel de ville de Compton, en Estrie, représente un risque pour la vie de ses usagers, indique un rapport. Photo: Radio-Canada
Charles Beaudoin

Après plusieurs démêlés avec certains de ses citoyens et avoir défendu son projet devant le juge, la municipalité de Compton a finalement levé le voile jeudi soir sur le projet de construction de son futur hôtel de ville, dont les travaux devraient s'amorcer en juin avec la démolition de l'hôtel de ville actuel.

À l'extérieur de l'église St-Thomas d'Aquin, où se tenait la séance d'information publique, une vingtaine d'agriculteurs s'étaient déplacés avec leur machinerie et effectuaient des allers-retours sur la route 147 pour protester contre le projet. Ces derniers accusent le conseil municipal de financer l'hôtel de ville à partir des hausses de taxes importantes qu'ils ont subies au cours des dernières années et continuent de réclamer un taux de taxation distinct pour leurs terres agricoles.

Le montant d'argent qui a été dégagé par la hausse de taxes, on sait maintenant qu'il va aller à l'hôtel de ville. C'est une chose qui n'a pas été dite au départ, déplore le propriétaire de la ferme Steronest de Compton, Sébastien Vaillancourt tout en précisant que les agriculteurs financent 52% des taxes du village. D'avoir un poste de dépense aussi important lorsque la facture ne revient qu'à l'agriculture, c'est un peu injuste.

Le projet de 3,4 millions de dollars qui doit accueillir non seulement les services municipaux, mais aussi la caisse populaire, les services postaux et des locaux pour différents organismes, devrait être terminé au printemps 2020. À terme, le bâtiment de deux étages sera orienté vers l'angle des routes 147 et 208 et aura de plus petites salles qui répondront aux besoins de toute la population sans causer de hausse de taxes pour les citoyens, a cependant assuré la Ville lors de la séance d'information.

Il y a quatre sources de financement : il y a un montant de 169 000 $ de pigé dans le budget 2019, un montant de 754 000 $ pris du surplus accumulé, une subvention provinciale estimée à 1,8 million de dollars et un montant de 660 000 $ pris dans le fonds de roulement qui sera remboursé par les revenus de location par Desjardins et Postes Canada, explique le directeur général de Compton, Philippe De Courval.

Au total, l'argent que la municipalité de Compton va débourser à terme pour le projet, c'est un total de 923 000 $ sur un projet de 3,4 millions.

Philippe De Courval, directeur général de la Ville de Compton

La signature des baux de Postes Canada et de Desjardins doit toujours être confirmée officiellement, tout comme la subvention provinciale, a tenu à préciser la Ville.

Une maquette du futur hôtel de ville de compton, tel que projet par le conseil municipal.Le futur hôtel de ville de Compton sera orienté vers l'angle des routes 147 et 208. Photo : Radio-Canada

Le maire Bernard Vanasse dit néanmoins comprendre la grogne des agriculteurs et affirme être toujours en attente de l'Union des producteurs agricoles (UPA) pour qu'elle désigne des représentants afin de former un comité qui se pencherait sur la question du taux de taxation.

Aussitôt que le comité est formé, on commence à travailler. On sait qu'on ne peut plus rien faire pour le budget 2019, par contre, pour le budget 2020, s'il y a quelque chose à faire, si on trouve une solution au problème, on va l'appliquer, soutient M. Vanasse.

Parmi les quelque 80 citoyens qui ont assisté à la séance d'information publique, les personnes rencontrées par Radio-Canada se disaient toutes en faveur de la construction du nouvel hôtel de ville.

J'étais convaincu d'avance, parce que j'ai vu toutes les préparations, le sondage, les études, les personnes qui s'opposaient aussi et je pense qu'ils ont fait un travail remarquable. Le financement a l'air très solide et je pense que c'est une excellente initiative pour le village, estime Bernard St-Laurent.

Je suis l'évolution du dossier de l'hôtel de ville depuis 2012, et ce soir, je vois ça comme l'aboutissement concret de quelque chose, souligne Michèle Lavoie. Aujourd'hui, on a des images d'un bâtiment dont on pourrait être fier. On a clairement l'image de ce que ça va donner et les chiffres que ça va coûter.

C'est un rêve depuis des années. J'espère que ça va se concrétiser le plus vite possible. C'est un bel édifice pour Compton. Ici, on est moderne, on est proactif et avec un bel édifice comme ça, ça ne me gênera pas d'inviter des amis à visiter la ville, se réjouit quant à lui Jean Rouillard.

Propriétaire de la ferme Les Vallons maraîchers, Jacques Blain approuve également le projet de la municipalité et croit que le taux de taxation représente « un tout autre dossier ».

C'est deux dossiers séparés. C'est sûr que je suis touché par les hausses de taxes aussi, mais il y a du travail à faire de ce côté-là pour harmoniser ça. Il y a des outils qui existent, mentionne Jacques Blain.

Président du groupe Action citoyenne Compton, Denis Loubier soutient toujours qu’il serait possible de rénover l’actuel hôtel de ville à moindre coût.

Nous, du revers de la main, on le rejette. Ça n'a pas d'allure du tout. Le bâtiment actuel a une très bonne structure et on a fait la démonstration que ça coûterait autour de 450 000 dollars pour faire quelque chose d'extraordinaire et le remettre à jour, résume-t-il.

Estrie

Politique municipale