•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Attentats de Pâques : le Sri Lanka révise fortement à la baisse le bilan à 253 morts

Funérailles de Dhami Brindya, 13 ans, victime d'un des attentats suicides à la bombe contre des églises et des hôtels de luxe le dimanche de Pâques, à Negombo, Sri Lanka, le 25 avril 2019.
Les autorités n'ont pas dit comment ce nouveau bilan se répartissait. Auparavant, le ministère des Affaires étrangères avait fait état de 40 étrangers tués. Photo: Reuters / Athit Perawongmetha
Agence France-Presse

Les autorités sri-lankaises ont fortement revu à la baisse jeudi le bilan des attentats de Pâques : 253 personnes ont péri dans le bain de sang, et non 359 comme indiqué auparavant, des corps ayant été comptés plusieurs fois.

Dans ces attaques revendiquées par le groupe armé État islamique (EI), des kamikazes ont frappé le 21 avril trois hôtels de luxe de la capitale Colombo et trois églises chrétiennes bondées en pleine messe de Pâques.

Le personnel médical a achevé l'ensemble des autopsies jeudi soir et a conclu que certains corps de victimes avaient été comptés plusieurs fois, a fait savoir le ministère de la Santé dans un communiqué. « De nombreuses victimes ont été terriblement mutilées [...] Certaines ont été comptées deux fois », a-t-il expliqué.

Les autorités n'ont pas dit comment ce nouveau bilan se répartissait. Auparavant, le ministère des Affaires étrangères avait fait état de 40 étrangers tués. Sur les 485 personnes ayant été hospitalisées pour des blessures, 149 restaient à l'hôpital jeudi soir, selon le ministère.

Les attaques de dimanche demeurent en tout cas les pires que cette île d'Asie du Sud aux 21 millions d'habitants ait connues depuis la fin de la guerre civile il y a 10 ans.

À l'étranger, le Royaume-Uni a déconseillé les voyages sur l'île de l'océan Indien, les Pays-Bas les conseillant « seulement si nécessaire ». Israël a appelé ses ressortissants à quitter le pays en raison d'une « menace concrète élevée ».

Nouvelles arrestations

Pendant ce temps, le Sri Lanka poursuit sa gigantesque traque de suspects. Seize nouvelles arrestations sont intervenues, dans la nuit de mercredi à jeudi, pour porter le total des personnes interpellées à près de 75 depuis dimanche.

En fin d'après-midi, la police a publié les photos et noms de trois jeunes hommes et trois jeunes femmes recherchés par les autorités.

La polémique gronde sur l'incapacité des autorités à empêcher ces attentats-suicides en amont, alors qu'elles disposaient d'informations cruciales. Dans ce contexte, le plus haut responsable du ministère de la Défense a démissionné jeudi, disant « accepter la responsabilité » de cet échec, a rapporté à l'AFP une source ministérielle.

Lieux de culte sous haute surveillance

Les églises catholiques du Sri Lanka garderont leurs portes closes jusqu'à l'amélioration de la situation sécuritaire. « Il n'y aura aucune messe publique jusqu'à nouvel ordre », a annoncé un responsable de l'Église locale. Les funérailles de victimes se tiendront dans des cérémonies à caractère privé.

Le gouvernement a appelé la minorité musulmane du pays à ne pas tenir ses prières du vendredi dans les mosquées en signe de solidarité. La police craint que les lieux de culte musulmans soient la cible de représailles.

Des centaines de réfugiés musulmans ahmadis, originaires du Pakistan, d'Afghanistan, du Yémen et d'Iran, se sont abrités dans des mosquées et un poste de police par crainte pour leur sécurité. Certains d'entre eux ont été expulsés de leur logement, car leurs propriétaires redoutaient des attaques de groupes cherchant à se venger.

Les autorités attribuent les attentats au groupe extrémiste local National Thowheeth Jama'ath (NTJ) et n'ont pas confirmé officiellement l'implication de l'EI. Les djihadistes de l'EI ont revendiqué le massacre en publiant une vidéo de huit hommes prêtant allégeance à leur « calife », Abou Bakr al-Baghdadi.

L'armée sri-lankaise a déployé des milliers de soldats supplémentaires pour épauler la police dans sa traque.

« Nous sommes armés du pouvoir de chercher, confisquer, arrêter et détenir grâce à la législation de l'état d'urgence », en place depuis lundi minuit, a affirmé un général de brigade.

De son côté, le président Maithripala Sirisena a annoncé qu'il allait remettre sur pied une structure militaire, qui existait au pic de la guerre civile entre séparatistes tamouls et la majorité cingalaise, pour coordonner les opérations sécuritaires.

Les autorités ont imposé des restrictions de circulation aux poids lourds dans la capitale.

À Batticaloa, ville de l'est du pays où un kamikaze s'est fait exploser dans une église évangélique, les forces de sécurité étaient omniprésentes. « Nous travaillons sans arrêt, 21 heures par jour », a confié un policier posté à un barrage.

Le Sri Lanka a aussi suspendu un projet d'exemptions de visa touristique destiné à doper la fréquentation en basse saison. Les attentats pourraient dissuader de nombreux voyageurs de se rendre dans cette île prisée pour ses plages idylliques et sa nature verdoyante, qui avait connu une année record en 2018 avec 2,33 millions de touristes.

Terrorisme

International