•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bernard Gaudreault plaide coupable à des accusations d’agression sexuelle

Bernard Gaudreault au palais de justice

L'ex-chauffeur d'autobus a plaidé coupable à six chefs d'agression sexuelle.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Bernard Gaudreault a plaidé coupable à six chefs d'accusation d'agression et d'attouchements sexuels sur des fillettes et de jeunes adolescentes, jeudi, au palais de justice de Chicoutimi.

Ces agressions ont eu lieu dans des contextes familiaux ou lorsque l’accusé était animateur au sein d’une association de scouts.

En 1997 et entre 2013 et 2018, Gaudreault a agressé sexuellement six jeunes filles âgées de 8 à 14 ans.

Le plaidoyer de culpabilité soulage les victimes.

Le contexte du tribunal, ce n'est évidemment pas facile pour personne. Il y a un soulagement là-dessus. Elles auront leur cheminement à faire chacune de leur côté avec leur famille, mais, à ce stade-ci, elles sont soulagées de ne pas être confrontées à un procès

Sébastien Vallée, procureur des poursuites criminelles et pénales

Le resprésentant des poursuites criminelles et pénales ajoute que la médiatisation du dossier a incité d’autres victimes à dénoncer Bernard Gaudreault.

Dès le dépôt des accusations en mars 2018, l’accusé a entamé de façon volontaire une thérapie. Il entame aujourd’hui sa deuxième phase. Cette thérapie pourra être prise en compte dans le rapport présentenciel.

C'est important parce que ça démontre que l'accusé est conscient des problèmes qu'il a et qu'il doit faire un travail sur lui-même pour être en mesure de découvrir pourquoi on en arrive à commettre de tels gestes dans un contexte où on est chef scout. Surtout, en plus, qu'il était chauffeur d'autobus, fait valoir l’avocat de la défense, Jean-Marc Fradette.

Il précise que les accusations ne concernent pas la période où Bernard Gaudreault était chauffeur d'autobus, mais que celles-ci lui ont fait perdre son emploi chez Intercar.

Après avoir été congédié, il est déménagé à Montréal et a été embauché comme conducteur de véhicules lourds.

Ce n’est pas défavorable pour une sentence qu’un accusé démontre qu'il est en mesure de se redresser les manches et de faire du mieux qu'il peut pour redevenir un actif pour la société. Il n'avait pas d'antécédents judiciaires avant ces évènements-là, met en relief l’avocat.

La peine minimale pour ce type de dossier est de trois mois. Un rapport aidera les parties à se faire une idée sur la sentence à demander.

Bernard Gaudreault reviendra en cour le 7 octobre. D'ici là, il demeure en liberté, mais ne peut être en présence de personnes âgées de moins de 16 ans.

D'après les informations de Mélissa Savoie-Soulières

Saguenay–Lac-St-Jean

Procès et poursuites