•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des techniciens en archéologie autochtones formés à l’UQAC

Le musée amérindien de Mashteuiatsh
En collaboration avec la communauté montagnaise de Mashteuiatsh, l’UQAC a mis sur pied un programme de cinq cours au terme duquel des Autochtones pourront travailler aux côtés d’archéologues sur le terrain. Photo: Radio-Canada / Mélissa Paradis
Radio-Canada

L'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) souhaite former des techniciens en archéologie issus des Premières Nations.

En collaboration avec la communauté montagnaise de Mashteuiatsh, l’établissement a mis sur pied un programme de cinq cours au terme duquel des Autochtones pourront travailler aux côtés d’archéologues sur le terrain.

Le savoir-faire des techniciens sera notamment mis à contribution sur un site archéologique de la communauté innue, où une hache de 5000 ans a été trouvée en 2017.

Isabelle Genest devant des affiches muséales Isabelle Genest est directrice générale de la Société historique de Mashteuiatsh. Photo : Radio-Canada / Mélissa Paradis

À chaque fois qu'un archéologue veut faire des fouilles à l'intérieur d'un territoire ou d'une communauté, le ministère de la Culture va envoyer cette demande également aux Premières Nations pour consultation. Or, l'une des problématiques, c'est souvent que les gens des Premières Nations disent qu’ils n’ont pas les connaissances archéologiques nécessaires pour dire si cette fouille a du sens ou si elle est sur un territoire qui leur est cher, explique le directeur du Laboratoire d'archéologie de l'UQAC, Érik Langevin.

L'UQAC espère recruter une douzaine d'étudiants pour former sa première cohorte.

Les cours leur permettront éventuellement de participer à des fouilles dans les communautés autochtones et ainsi écrire une page de leur propre histoire.

Mashteuiatsh a dans ses cartons un projet en trois phases qui permettrait de mettre en valeur son site archéologique laissé vacant depuis la découverte de la hache.

Depuis 2017, nous avons réalisé le projet qui consiste à procéder aux fouilles archéologiques et à former des jeunes de notre communauté en archéologie. La troisième étape va consister à rendre accessible le site archéologique aux jeunes de la région et aux visiteurs de passage.

Isabelle Genest, directrice générale de la Société d'histoire et d'archéologie de Mashteuiatsh

La communauté espère susciter l’intérêt des jeunes à l’égard de leurs origines. Elle doit amasser 600 000 $ pour réaliser son projet.

D'après le reportage de Mélissa Paradis

Saguenay–Lac-St-Jean

Autochtones