•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des organismes acadiens ignorent toujours s’ils seront financés cette année

Un drapeau acadien planté dans la pelouse devant plusieurs drapeaux du Canada.

Des organismes communautaires de langue officielle seraient toujours dans l'incertitude.

Photo : Getty Images / Instants

Radio-Canada

Des organismes communautaires de langue officielle financés par le ministère du Patrimoine canadien baignent dans l'incertitude.

Selon la directrice générale de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse (FANE), Marie-Claude Rioux, au moins sept organismes communautaires de la province ne savent pas encore s'ils seront financés cette année.

Parmi eux, on compte des organismes plus vulnérables, comme la Fédération des parents acadiens de la Nouvelle-Écosse.

La nouvelle année financière s’est amorcée il y a près d’un mois. Plus le temps avance, plus les conséquences se font sentir, selon Mme Rioux.

La directrice de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse Marie-Claude Rioux au micro

Marie-Claude Rioux, directrice générale de la Fédération acadienne de la Nouvelle-Écosse

Photo : Radio-Canada

Quand on n'a pas d'argent de fonctionnement, on fonctionne au minimum, explique-t-elle. C'est-à-dire qu'on paie le salaire de l'employé principal, mais on ne fait pas de réunions, on ne fait pas de déplacements.

La plupart des organismes, aussi, n'ont même pas de marge de crédit, poursuit Marie-Claude Rioux. En fin de compte, ces organismes pourraient être contraints de fermer leurs portes temporairement, affirme-t-elle.

Sur son site web, le gouvernement fédéral promet une décision dans les six mois, mais la directrice de la FANE souligne que les organismes ont envoyé leurs demandes de financement il y a huit mois environ.

Dans la province voisine, le directeur général de la Société de l'Acadie du Nouveau-Brunswick, Ali Chiasson, indique que l’organisme n’a pas encore reçu son financement. Mais M. Chiasson n'est pas inquiet. Il ne parle pas d'une situation anormale.

Au bureau de la ministre des Langues officielles, Mélanie Joly, on confirme un retard dans les approbations, sans fournir d'explications.

On indique toutefois qu’une décision devrait être partagée avec les organismes dans les prochains jours, et que ceux-ci devraient recevoir un premier chèque dans les prochaines semaines.

D’après les informations d’Olivier Lefebvre

Nouvelle-Écosse

Associations francophones