•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Démolition de la boucherie Bégin : des résidents n'y croient plus

Des membres de comité Saint-Jean-Baptiste porte des masques.
Le Comité Saint-Jean-Baptiste a multiplié les actions pour réclamer la démolition du bâtiment. Maintenant qu'elle est annoncée, les militants demeurent sceptiques. Photo: Radio-Canada / Nahila Bendali Amor
Radio-Canada

Des voisins de l'ancienne boucherie Bégin et des résidents du quartier Saint-Jean-Baptiste craignent une « mise en scène » du promoteur concernant la démolition du bâtiment situé au 500, rue Saint-Jean.

Des clôtures sont apparues devant l'ancien commerce devenu une véritable « verrue » sur l'artère commerciale. L'installation indique qu'il s'agit d'une « aire de démolition ».

Malgré cela, et malgré l’annonce d’un projet de condos, le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste demeure « sceptique ». Comme une vingtaine de résidents venus manifester jeudi, on ne croira le promoteur que lorsque l'immeuble sera démoli.

« Ce n’est pas la première fois qu’on nous fait ce genre d’annonce pour ce terrain-là », a lancé Marie-Ève Duchesne, permanente du Comité.

Outre la façade aux traits fatigués, les odeurs, la présence de rats et des dégâts d’eau récurrents font partie des irritants pour les voisins immédiats.

Le Comité populaire Saint-Jean-Baptiste avait lancé une campagne de mobilisation au début du mois, demandant à la Ville de Québec de prendre action dans ce dossier.

« Tant mieux si notre campagne aura permis enfin d’obtenir une des revendications. Mais en même temps, on va le croire quand on va le voir », a ajouté Mme Duchesne, qui souhaiterait ni plus ni moins que l'expropriation et que le terrain soit remis aux citoyens.

Le promoteur persiste et signe

Le promoteur Jean-Michel Munger assure que « les astres sont alignés » et que le projet ira de l'avant.

Ce dernier insiste qu'il n'y a aucun lien entre la campagne du Comité populaire Saint-Jean-Baptiste et l'annonce de mercredi. M. Munger soutient qu'il attendait tout simplement d'avoir suffisamment d'unités vendues avant de procéder.

Il ne détient toutefois pas encore le permis de démolition, bien que le chantier soit en préparation.

Québec

Société