•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des dizaines de personnes évacuées dans la municipalité de Pontiac

Le chemin menant à une résidence est inondé.

Les citoyens du chemin Kennedy s’attendaient eux aussi à être évacués.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Radio-Canada

Au moins 62 résidents de Pontiac, en Outaouais, ont dû évacuer leur logement en raison de la montée des eaux. Ils ont été pris en charge par la Croix-Rouge.

Les résidents des chemins Dion, Stanley et du Ruisseau ont ainsi été évacués mercredi soir de façon préventive.

Jeudi matin, c’était au tour des terres basses, les plus susceptibles d’être inondées, d’être ciblées, soit les chemins du Bord de l’eau, Dion, du Ruisseau et du Saphir.

Le défi est que la municipalité est construite le long de la rivière des Outaouais sur 47 km.

Lorsque la rivière fait des siennes, c’est tout le monde qui en souffre. C’est assez étendu comme territoire.

Richard Groulx, directeur du Service d’incendie de Pontiac

L’eau continue à monter et va continuer de monter jusqu’à samedi ou dimanche. On espère une accalmie, mais on se prépare au pire, a souligné le directeur du Service d’incendie de Pontiac, Richard Groulx.

Un résident transporte des sacs de sable dans son véhicule.

Les pompiers sont allés à la rencontre des résidents du secteur des plages où se trouvent plus d'une trentaine de résidences.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Poudrier

Des évacuations par prévention

Les autorités s’assurent d’évacuer les résidences inondées, mais vérifient aussi que les citoyens puissent circuler de façon sécuritaire et avoir accès aux services d’urgence.

Il s’agit donc surtout d’évacuations préventives. Dans certains cas, les maisons sont complètement entourées d’eau. Là, ça devient dangereux, a expliqué M. Groulx. On évacue aussi souvent des gens qui sont isolés à cause des chemins qui sont inondés.

On a eu des incidents avec des pompiers qui sont tombés dans des trous assez profonds.

Richard Groulx, directeur du Service d’incendie de Pontiac

Les pompiers qui ont connu les inondations de 2017 peuvent également revivre des moments difficiles avec les évacuations.

C’est difficile pour les pompiers. Ce sont des gens de la région, de la municipalité. On se connaît tous ici, a souligné le directeur du Service d’incendie de Pontiac. C’est un peu un choc post-traumatique qui se poursuit. Les gars en 2017 n’ont pas trouvé ça facile.

Ottawa-Gatineau

Conditions météorologiques