•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Radio-Canada dévoilera « l’ensemble des coûts » de sa nouvelle maison, assure son v.-p.

Vue extérieure du nouvel édifice de Radio-Canada.

La nouvelle maison de Radio-Canada sera terminée à temps, assure son constructeur, tout en respectant les budgets.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Vincent Champagne

Radio-Canada ne protège que les informations qui pourraient nuire à ses négociations avec des fournisseurs si elles étaient révélées, affirme le vice-président principal de la société d'État Michel Bissonnette.

Appelé à commenter les informations d’un quotidien montréalais selon lesquelles Radio-Canada « cache » des informations sur la construction de sa nouvelle maison, il assure que « l'on va rendre public l'ensemble des coûts », une fois « tout le processus complété ». Les budgets et l’échéancier seront même respectés, ajoute M. Bissonnette.

Le vice-président principal de Radio-Canada Michel Bissonnette.

Le vice-président principal de la société d’État Michel Bissonnette.

Photo : Radio-Canada

« On a encore des parties où on est en appel d'offres pour des technologies, et en appel d'offres pour des parties du building qui ne sont pas complétées encore, a-t-il dit lors d’une visite de chantier offerte aux médias jeudi. On ne voulait pas rendre ces sections-là publiques. »

La construction d’une nouvelle maison n’était pas qu’un caprice, assure M. Bissonnette. La grande tour brune actuelle, le siège de Radio-Canada depuis 1973, était désuète. « Pour la mettre à jour, parce qu'il fallait enlever de l'amiante, qu’il fallait changer l'ensemble des fenêtres et la plomberie, on en avait pour 170 millions de dollars », dit-il.

« Et on n'avait aucun investissement technologique pour ce montant-là », ajoute le vice-président.

Approuvée par le Conseil du Trésor il y a presque exactement deux ans, la nouvelle maison est construite au coût de 100 millions de dollars par un entrepreneur privé, Broccolini, qui demeurera propriétaire des lieux. Radio-Canada sera locataire pour 30 ans, au coût de 20 millions de dollars par année. « Des frais fixes pendant 30 ans », insiste Michel Bissonnette.

« D'année en année, les budgets sont gelés, les coûts augmentent, et le choix qu'on a fait, c'est qu'on préférait mettre notre argent dans le contenu, dit M. Bissonnette. Ce n'est pas notre profession que d'être dans l'immobilier. »

Une maison « ouverte »

Des visiteurs sont dans l'atrium principal de la nouvelle Maison de Radio-Canada avec, en premier plan, une affiche illustrant l'atrium lorsque les travaux seront terminés.

Des ouvriers sont dans l'atrium principal de la nouvelle Maison de Radio-Canada avec, en premier plan, une affiche illustrant l'atrium lorsque les travaux seront terminés.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Dans un an, les employés de Radio-Canada déménageront dans leur nouvelle maison. Les travaux vont bon train : l’extérieur est achevé à 90 % , l’intérieur à 65 % et la technologie est installée à environ 60 %.

La maison sise au coin de René-Lévesque et Papineau, tout juste à côté de la « grande tour brune », commence à avoir fière allure. L’édifice est un grand cube de verre et la lumière y entre à plein. Ses murs-fenêtres ouvrent le bâtiment sur le monde, révélant au public les futures coulisses du diffuseur public. Ils permettront surtout aux employés, lorsqu’ils auront emménagé, d’avoir une vue sur la ville en mouvement.

À l’intérieur du « 1000 Papineau », c’est, pour le moment, un grand chantier organisé. Ici, des tuyaux attendent d’être installés; là, des murs ouverts laissent voir le câblage. Mais les travaux vont bon train et suivent l’échéancier prévu, confirme Roger Plamondon, président de Broccolini, le constructeur et propriétaire du bâtiment. Si tout va rondement, il doit livrer l'immeuble le 1er janvier 2020.

L'intérieur de la nouvelle maison de Radio-Canada, en chantier.

L'intérieur du bâtiment est encore, pour le moment, rempli de matériel de construction.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

À partir de cette date, les quelque 3000 employés montréalais de la société d’État vont commencer à s’installer dans leurs nouveaux locaux, de façon progressive. Les tout premiers à transporter leurs boîtes dans le nouvel environnement seront les employés de CBC Montréal, la division anglophone du groupe, qui a une petite équipe dans la métropole.

Vue de l’atrium principal de la nouvelle Maison de Radio-Canada.

Vue de l’atrium principal de la nouvelle Maison de Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

L’opération déménagement durera près de six mois. Les employés de l’information devraient commencer à diffuser les radiojournaux, téléjournaux et autres reportages web à compter du printemps 2020.

La future salle des nouvelles est, pour l’instant, une belle promesse. Il faut faire appel à son imagination pour visualiser ce qu’elle sera lorsque les décors seront implantés, mais on peut déjà constater l’originalité du plateau principal de RDI, sur une passerelle qui donne sur un grand atrium central, haut de quatre étages, tout comme le plateau du Téléjournal.

Le nouveau plateau du Téléjournal dans la nouvelle maison de Radio-Canada.

Le nouveau plateau du Téléjournal est, pour le moment, encore un espace à meubler.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

« On voulait un espace accueillant et ouvert, où on sent que l’on est un lieu de production », explique Martin Bonenfant, directeur des opérations, qui a mené une partie de la visite.

Les visiteurs pourront en effet voir, au rez-de-chaussée, le grand studio radio des émissions du matin et du retour à la maison. Les artisans de ces émissions ne seront plus confinés au sous-sol de l’actuelle tour. Ils travailleront dans la lumière, avec « une vue en temps réel sur la météo et la circulation sur le pont », ajoute M. Bonenfant.

Le studio de radio principal dans la nouvelle maison de Radio-Canada.

L'un des studios de radio se trouve directement au rez-de-chaussée, près de l'entrée principale de la nouvelle maison.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La nouvelle maison comptera 19 studios de radio, soit 5 de moins que dans le bâtiment actuel.

Le grand studio pour les variétés du nouvel édifice de Radio-Canada.

Le grand studio pour les variétés du nouvel édifice de Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

En levant les yeux, le visiteur verra également le bourdonnement des plateaux de tournage télé du secteur de l’information. À quelques pas, c’est l’accès au nouveau grand studio, celui qui remplacera le mythique « Studio 42 » où sont enregistrés, depuis des décennies, les grands rendez-vous télévisuels de la société d’État, comme Tout le monde en parle.

Des technologies innovantes

Des techniciens dans une pièce remplie d'équipement technologique.

Des techniciens travaillent dans le nouveau centre technologique de Radio-Canada.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Le « cerveau technologique » de la nouvelle maison, situé au rez-de-chaussée dans une zone sécurisée, porte le petit nom de « Centrale des équipements techniques », ou C.E.T. Et, selon François Vaillant, directeur général de l’ingénierie, Radio-Canada sera le premier diffuseur public du monde à travailler avec un environnement de ce type, avec une technologie IP « plus flexible, plus rapide et moins coûteuse ».

« On s’est demandé si on voulait être les derniers dans la technologie conventionnelle ou les premiers dans la technologie de l’avenir », a-t-il dit en cours de visite.

L’ensemble des ordinateurs, fils et autres convertisseurs, modules et processeurs occuperont un espace beaucoup plus petit que dans l’actuel emplacement de Radio-Canada, tout en consommant environ 200 kilowattheures de moins et en gardant la même capacité de stockage.

Le système pourra contenir plus de 3 millions d’heures d’audio et de vidéo, essentiellement des archives provenant des huit décennies d’existence de Radio-Canada.

Au cours du grand déménagement, les productions télé et radio seront transférées progressivement d’une régie à l’autre, après de nombreux tests pour assurer une transition invisible pour l’auditeur.

Un quartier en transformation

Vue de la tour brune de Radio-Canada depuis la terrasse de la nouvelle maison.

Étage supérieur du nouveau Radio-Canada avec sa terrasse.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

La nouvelle maison de Radio-Canada est le premier grand bâtiment à être érigé dans un quartier appelé à se transformer complètement au cours des prochaines années. L'emplacement actuel de Radio-Canada, qui a été vendu au groupe Mach au coût de 42 millions de dollars, deviendra le « quartier des lumières », avec de nouveaux bâtiments, des espaces commerciaux et résidentiels.

L’usine Molson sera aussi reconvertie après le déménagement de la brasserie sur la Rive-Sud. Au pied du pont Jacques-Cartier, un terrain vacant sera également utilisé afin d’offrir du logement et des bureaux.

Étage supérieur dans le nouvel édifice de Radio-Canada avec vue sur le pont Jacques-Cartier.

Étage supérieur dans le nouvel édifice de Radio-Canada avec vue sur le pont Jacques-Cartier.

Photo : Ivanoh Demers

La nouvelle maison de Radio-Canada, d’une superficie de 418 000 pieds carrés, sera certifiée Leed argent, assure le constructeur, qui a voulu en faire un modèle de construction « durable », construite avec des matériaux locaux.

Société