•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le chef de l'opposition en C.-B. appelle John Horgan à intervenir pour contrôler le prix de l’essence

Un homme en complet s'adresse à la presse.

Andrew Wilkinson veut une intervention du gouvernement provincial pour réduire le coût de l'essence à la pompe en Colombie-Britannique.

Photo : Radio-Canada / Michael Mcarthur

Radio-Canada

Le chef du Parti libéral de la Colombie-Britannique, Andrew Wilkinson, critique le gouvernement provincial de John Horgan pour son inaction devant la hausse du prix de l'essence dans le Grand Vancouver.

Le prix à la pompe a atteint des sommets cette semaine, le prix de l’essence étant de 172,9 cents le litre à Vancouver.

« Depuis un an, nous avons demandé au gouvernement d’abandonner cette taxe lorsque le prix de l’essence dépasse un certain montant », affirme Andrew Wilkinson.

Il reproche également à John Horgan de ne pas enterrer la hache de guerre avec l’Alberta. Dans une déclaration électorale, le premier ministre désigné de l'Alberta, Jason Kenney, s'est dit prêt à réduire les expéditions de pétrole vers la Colombie-Britannique, en raison de l'opposition de la province au projet d'agrandissement du pipeline Trans Mountain.

Selon ce dernier, 80 % de l’essence qui alimente la Colombie-Britannique provient de la province voisine.

Or, John Horgan estime que le prix de l’essence est dicté par le manque de raffineries et que le gouvernement fédéral devrait investir davantage pour répondre à la demande.

« Andrew Wilkinson sait très bien qu’il s’agit de problèmes complexes. Il y a peu de temps, il disait que c’était un problème de marché qui demandait à être réglé par le marché, mais maintenant, il veut une intervention [de l’État] », affirme le premier ministre.

Andrew Wilkinson rejette d’ailleurs l'idée de John Horgan de créer une autre raffinerie dans la province.

Il ajoute que cela prendrait beaucoup de temps d'en construire une et qu'il serait difficile de trouver un emplacement pour ce genre d'infrastructure.

« Les raffineries sont grandes et sentent mauvais. Elles devront de toute manière fermer leurs portes d'ici 2040, car le fédéral et notre premier ministre ont décidé qu'on avait tous besoin de véhicules électriques », ajoute-t-il.

Depuis le 1er avril, la taxe carbone en Colombie-Britannique s'élève également à 40 $ la tonne. Cette somme se reflète dans le prix de l'essence, puisque 8,89 cents par litre d'essence sont destinés à la taxe carbone.

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie pétrolière