•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Revigorer le parc Downsview en redéveloppant son secteur aéronautique

Des femmes rient assises à table à pic-nic.

Le nouveau campus du Collège Centennial est situé au coeur du parc Downsview.

Photo : Radio-Canada / Xavier Savard-Fournier

Xavier Savard-Fournier

L'ouverture par le Collège Centennial d'un nouveau campus et d'un centre recherche en aérospatiale et en aviation au parc Downsview dans le nord de Toronto offre de l'espoir pour la revitalisation d'un quartier qui a longtemps été laissé à lui-même.

Le message pour le quartier, c’est qu’il s’agit d’une bonne opportunité dans le cadre de la revitalisation de Downsview. Les terrains ici ont été laissés à l’abandon pendant tellement d’années. Mais il y a maintenant un nouveau désir d’amener des entreprises, tout en assurant d’avoir des espaces verts, sourit le conseiller municipal de Scarborough Centre, Michael Thompson.

Le Collège Centennial s’est installé sur l’ancien site historique du hangar de Havilland, reconnu pour son implication dans la conception d'aéronefs pendant la Seconde Guerre mondiale, en plein coeur du parc Downsview. L’objectif du Collège est maintenant de tripler son nombre d’étudiants, de 300 à 900 annuellement.

Deux étudiants profitent du nouveau hangar pour travailler sur des avions de plus grands formats qu'à l'habitude.

Deux étudiants profitent du nouveau hangar pour travailler sur des avions de plus grands formats qu'à l'habitude.

Photo : Radio-Canada / Xavier Savard-Fournier

Créer des emplois, créer de la prospérité économique, créer de l'inclusion sociale, créer des occasions pour amener des bâtiments récréatifs, nous avons maintenant des actifs dans lesquels tout le monde est en mesure de s'imaginer et de participer, ajoute le conseiller Michael Thompson.

Pour revigorer l’endroit, il aura fallu un investissement d’un peu plus de 72 millions de dollars, dont près de 26 millions du gouvernement ontarien et un peu plus de 18 millions du fédéral. Puis, des investissements et des dons privés, notamment de partenaires dans l’industrie, ont permis de payer pour le reste des installations.

Au total, ils sont maintenant quatre entités du domaine académiques et une dizaine d’entreprises privées travaillant ensemble dans la section réservée au Centre de recherche.

Selon Andrew Petrou, le directeur général du nouveau Centre de recherche en aérospatiale et en aviation de Downsview, c’est l’occasion de faire de l’endroit le lieu de rencontre entre la formation et les besoins de l’industrie. Que si on n’est pas capable de le faire ici, on sache où on pourra recommander les gens, ajoute-t-il.

Andrew Petrou, le directeur exécutif du nouveau Centre de recherche en aérospatial et en aviation de Downsview lors de la conférence de presse entourant l'ouverture de son centre.

Andrew Petrou, le directeur exécutif du nouveau Centre de recherche en aérospatial et en aviation de Downsview lors de la conférence de presse entourant l'ouverture de son centre.

Photo : Radio-Canada / Xavier Savard-Fournier

Mais pour Bombardier, l'un des principaux partenaires du Centre de recherche, c'est surtout la proximité avec ses installations torontoises qui l'on intéressé à s'impliquer dans le projet.

Nous on est très focalisés sur la formation de techniciens dans le secteur manufacturier. Non, effectivement, notre collaboration se veut un partenariat pour s'assurer que ce que l'école fait, en termes de programme de formation, soit adapté à nos besoins, exprime Pierre Pyun, vice-président aux affaires gouvernementales chez Bombardier.

Au final, l'intérêt premier du Collège dans ce projet, ce sont les étudiants. Et, comme le rappelle le conseiller municipal Michael Thompson, ces étudiants resteront peut-être même vivre dans le secteur.

Toronto

Affaires municipales