•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des urgentistes de Winnipeg lancent une clinique pour réduire l’attente aux urgences

L'entrée d'une clinique.

La nouvelle clinique ne traite que des cas mineurs.

Photo : Gerald Brennan

Radio-Canada

Un groupe de médecins de Winnipeg a ouvert une clinique qui entend aider à désengorger les urgences en offrant des services de soins pour les cas les moins graves.

The Minor Illness & Injury Clinic, située avenue Corydon, à ouvert le 1er avril et est détenue par Gerald Brennan, Norman Silver, Erik Smith et Amin Kabani. Tous ces médecins pratiquent, par ailleurs, des soins d’urgence dans les hôpitaux. Cette équipe comprend également un consultant en technologie médicale en la personne de David Berkowits.

« Nous essayons de créer une solution de rechange pour les personnes qui, autrement, devraient aller aux urgences pour des choses qui ne relèvent pas des urgences », explique Gerald Brennan, qui travaille à l’Hôpital pour enfants de Winnipeg.

Sa clinique emploie près de 90 personnes qui, elles aussi, travaillent dans des services d’urgence de la capitale manitobaine. Une grande partie d'entre elles viennent travailler dans la clinique quelques heures par mois, parallèlement à leur travail principal.

« C’est la raison pour laquelle nous avons un si grand nombre d’employés. Si chacun peut contribuer un petit peu à chaque fois, nous pouvons faire tourner cet endroit sept jours sur sept », explique Gerald Brennan.

Il espère pouvoir combler un vide dans le système de santé. « C’est l’occasion d’améliorer les soins que reçoivent les gens », ajoute-t-il.

Beaucoup de cas non urgents

Gerald Brennan affirme que plus de la moitié des enfants qui sont envoyés aux urgences sont ensuite catégorisés comme des cas de non-urgence.

Selon le copropriétaire de The Minor Illness & Injury Clinic, si les personnes constituant les cas les moins graves commencent à venir dans des établissements comme le sien, cela pourrait réduire la pression sur les salles d’urgence.

« Je sais très bien que nous n'allons pas avoir énormément de monde dans cette clinique, mais nous voulons essayer de réduire un peu l’achalandage dans les salles d’urgence », reconnaît-il.

Il précise néanmoins que sa clinique accueille de plus en plus de monde, puisqu'elle est passée de quelques personnes à ses débuts à près de 45 personnes par jour à la mi-avril.

La responsable des opérations sanitaires de l’Office régional de la santé de Winnipeg, Krista Williams, affirme pour sa part que ce dernier « est en train d’étudier les raisons des longs temps d’attente dans les services d’urgence afin de pouvoir envisager d'autres mesures à mettre en place dans les communautés pour que les gens n’aient pas à aller aux urgences tout en recevant les soins dont ils ont besoin ».

Selon les chiffres de l’Office régional de la santé de Winnipeg pour le mois de mars 2019, le temps moyen d’attente dans les services d’urgence de la ville est d’un peu plus de deux heures, avec une moyenne de plus de cinq heures pour les 10 % des cas les plus longs.

Manitoba

Santé